Histoires de sexe gratuites Histoires porno Histoires tabous

mes dix huit ans – Chapitre 11




Nous sommes retournées jusqu’à l’appartement à pied,Daniel nous prenant toutes les deux bras dessus bras dessous,sa main juste sous le sein de maman,parfois il la remontait et lui caressait carrément sa mamelle. Maman riait comme une collégienne,elle était un peu pompette. Pour monter l’escalier elle trébucha et se retrouva à quatre pattes . Daniel se mit derrière elle ,passa ses bras sous les siens puis posa carrément ses mains sur ses seins pour la relever.

-Merci,vous au moins vous savez vous servir de vos mains ,lui dit maman en lui caressant la joue.

Elle ne croyez pas si bien dire,la pauvre. Enfin arrivé dans l’appartement elle s’affala dans le divan.

-J’ai chaud,j’ai soif,je boirais bien une coupe de champagne !

-Oui Marion ,je vais en chercher

Lorsque je revins Daniel était assis à côté d’elle avec une main sous sa jupe. Elle gloussait de plaisir.

-Vous les jeunes ,vous allez directement au but !dit elle,Carole !,c’est un sacré coquin ton copain,t’as vu il ne perds pas de temps,exactement comme l’autre au cinéma,tout à l’heure.

Je ne répondis rien,lui remplissant son verre qu’elle tenait à la main, je fis exprès d’en faire tomber sur son chemisier.

-Ah mince !,désolé Marion,attends ,donne le moi je vais le nettoyer dans la cuisine. Sans attendre sa réponse,je lui dégrafais et lui enlevais.

-Mais Carole je suis toute nue,s’inquiéta t elle quand même.

-Et alors! une belle femme comme vous aurait tort de cacher ces magnifiques trésors,lui dit Daniel

-Hummm! en plus il sait parler aux femmes ton ami.

-oui Marion ,c’est un gentleman,lui dis je

La caresse de Daniel commençait à faire effet,elle rejeta sa tête en arrière puis ferma les yeux. Elle appréciait en gémissant faiblement. Je passai derrière elle, posais mes mains sur ses épaules puis je débutais un savant massage.

Au fur et à mesure je descendais lentement vers ses seins jusqu’à me retrouver sur ses mamelons. Ses gémissements montaient lentement en puissance,surtout lorsque j’ai commencé à les malaxer entre mes doigts. Daniel s’appliquait à lui enlever sa jupe puis sa culotte,enfin elle fût nue. D’elle même elle écarta ses jambes,il la tira au bord du canapé puis plongea sa tête dans le compas ouvert. Elle eut un violent sursaut lorsque la langue de l’homme entra en contact avec sa vulve.

-OOOHHhh! mais qu’est ce que vous me faites! c’est si bon ,ohhhh Carole ! j’adore tes mains sur moi ,elles sont si douces ,hummmmmm,oui,continuez mes chéries.

Ses tétons étaient maintenant dur comme du granit et fièrement dressés,je les happés goulûment avec ma bouche pour les téter comme un bébé. Maman réagit aussitôt en prenant ma tête entre ses mains pour l’écraser encore plus fort sur sa mamelle.

-Oh oui,tête moi mon bébé,boit mon lait,j"adore te donner mon sein.

Elle frappait le canapé avec ses deux mains ,en râlant et gémissant,brusquement son corps se tendit en arc de cercle,m’enlevant son mamelon de la bouche :

-AAAAaaaahhhhhrrrrgrggrrggg !!!!!!!!!

Elle venait de jouir , vu le cri qu"elle poussa,ça n’était pas une jouissance de vierge. Elle retomba sur le canapé,mais Daniel qui bandait dur ne lui laissa pas le temps de reprendre ses esprits. Lui prenant les jambes par les chevilles il les écarta vers le haut en V puis plongea d’une traite au fond de son ventre, ce qui déclencha un autre cri de la même veine que le premier. Il commença à la labourer sans ménagement, maman se malaxait les seins elle même,se triturant les tétons ,son regard bloqué sur la queue qui entrait et sortait de son vagin. Au bout de quelques minutes Daniel changea de position,il la coucha sur le côté jambes repliés en foetus se ruant à nouveau en elle,mais comme la vulve de maman était inondée de cyprine il dérapa à l’entrée et son dard glissa sur l’anus. Emporté par la poussée le gland franchit l’obstacle,et la hampe suivit. Maman poussa un cri de goret qu’on égorge,elle tenta de le repousser avec son seul bras,l’autre étant coincé sous elle,Daniel s"en saisit et au contraire s’y accrocha pour s’enfoncer le plus loin possible.

-SALAUD! tu me fais mal!SORS! tu me déchires,ahhhhh,ohhhhh,doucement , ahhhhh!

Ses cris s’apaisaient ,elle se détendit ,Daniel lui enfonça deux doigts dans la chatte et la branla avec. Ce traitement la calma de suite.

-HUmmm! ouiiiii,c’est bon,continue comme ça,je sens bien ta grosse bite dans mon cul,vas y petit salaud donne moi ton jus, fais moi jouir du cul.

-Ouf! elle a redémarrée, me dis je. Le traitement de Daniel parvint à la faire jouir une seconde fois. Comme au début il ne la laissa pas récupérer. La faisant descendre du divan il lui ordonna de se mettre en levrette.

-Écarte tes cuisses et ouvre ton cul à fond,fais moi saillir cette croupe de jument,ordonna t il à maman

Elle s’exécuta,vu de l’arrière je dois reconnaître qu’elle avait un fessier d’enfer,je voyais ses petites lèvres pendantes inondées de cyprine. Cette vue commença à me griser,je me mis un doigt dans la chatte pour me branler doucement. Son oeillet était béant,il palpitait,Daniel posa son gland dessus puis s’enfonça d’une traite dans le conduit. Cette fois ci ma mère ne cria pas mais émit un long râle de satisfaction.

-Carole ! viens ici,couche toi devant elle,ta salope de copine va te gouiner la moule,s’écria Daniel

Alors là!,je ne savais plus quoi faire,je n’allais quand même pas me faire lécher par ma procréatrice. Je n’avais pas plus envie de dire à Daniel qu’il était en train de baiser ma mère,je ne voulais pas qu’il ai la satisfaction de pouvoir raconter à tout le monde qu’il s’était fait la mère et la fille en même temps, sans compter les ennuis que maman pourrait avoir dans son couple,j’en serai responsable.

-Alors! qu’est ce que tu attends,t’aimes ça d’habitude, dit il

Avant qu’il ne dévoile toutes mes déviances à ma mère,je me couchais sur le dos, devant elle en écartant mes jambes.

-Allez Marion,lèche ta copine,fais lui du bien aussi,commanda Daniel

Maman me regarda dans les yeux un petit moment,j’étais très mal,puis un petit sourire apparut sur ses lèvres, elle finit par poser sa bouche sur mon sexe. J’étais bloquée,ce contact ne me procura aucune sensation,puis sa langue s’activa doucement sur mes lèvres,les écartant me fouillant l’intérieur. Je commençais à me détendre et même à apprécier. Ma mère savait y faire,je décollais très vite et eu un monumental orgasme,accentué à coup sur par le fait que ce soit ma mère qui me le procure. Elle eût le sien également,déclenchée par la cavalcade que menait Daniel dans ses reins,lui n’avait toujours pas joui. Il se releva et alla s’asseoir sur le bord du divan,

-Viens ici Marion,empale ton gros cul sur ma bite

Maman se mit de dos à califourchon sur lui,saisit le vit dressé, présenta le gland sur son oeillet. Elle se laissa descendre lentement dessus,les yeux mi-clos,savourant la lente avancée du dard dans son conduit anal. Une fois ancrée à fond sur le mât humain,elle posa ses mains sur ses genoux et commença à monter et descendre sur la bite,imprimant elle même la cadence. Daniel avait saisit ses seins ,les malaxant comme de la pâte,insistant sur les mamelons dressés.

-OHHHh que c’est bon!Vas y ,j’adore qu’on me triture mes mamelles,plus fort sur les bouts,ouiiiiiiii,tu vas me rendre folle.

Maman prenait un pied d’enfer,elle rattrapait en une soirée des mois et des mois d’abstinence forcée.

-Viens ici Carole,viens nous lécher tous les deux,dit Daniel ,en même temps il coucha maman sur lui.

Sa chatte était béante,juste en dessous il y avait les couilles de son amant. Je m’agenouillais entre leurs jambes puis posais ma bouche sur la vulve ruisselante. De mes doigts je décapuchonnais à l’extrême le bourgeon turgescent puis le happais avec mes lèvres . Sa propriétaire poussa un râle d’outre tombe,son bas-ventre s’anima comme si il était indépendant du reste du corps,j’avais du mal à la lécher tant il bougeait. Je la saisis aux hanches pour que ma tête accompagne ses mouvements,elle tournait ses fesses sur le pieu fiché dans son rectum. Elle ne pût tenir longtemps,un orgasme dévastateur la submergea,au point qu’elle lâcha un filet d’urine sur mon menton.Daniel la releva et lui dit:

-Agenouille toi à côté de ta copine,ce qu’elle fit dans un état second

Lui se leva rassembla nos têtes l’une contre l’autre,se branla un petit moment puis lâcha ses salves de liqueur laiteuse sur nos visages. Je pris le premier sur mes lèvres puis il dirigea son vit sur maman qui prit le second jet dans sa bouche ouverte. Il nous aspergea toutes les deux,puis il nous ordonna de nous embrasser. Je n’eus pas le temps de réagir que maman avait déjà posée sa bouche sur la mienne et m’y enfonça sa langue. Prise dans sa frénésie je lui rendis son baiser,nous nous sommes lécher jusqu’à faire disparaître toute trace de sperme de nos visages.

-Putain! vous faîtes une sacré paire de chienne toutes les deux,je reviendrai ,c’est sur.

Si il avait su qu’il venait de baiser la mère et la fille! Il fit un brin de toilette puis se rhabilla et partit nous laissons seule toutes les deux. Je n’osais regarder maman en face .

Related posts

L'amour a contrecourant de la raison – Chapitre 1

historiesexe

Le blog de Marguerite – Chapitre 2

historiesexe

Bérénice – Chapitre 17

historiesexe

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte .