Une semaine s’est passée depuis l’épisode du cinéma, ma mère et moi ne faisons que nous croiser pendant cette période. J’ai du mal à tenir, je me branle tous les jours en repensant à sa bouche et à ce qu’elle a fait devant moi. Aujourd’hui il faut que la baise, il faut qu’elle voit dans quel état elle met son fils !

Ce midi mon père ne rentre pas manger, ça tombe bien, enfin seuls, je vais pouvoir en profiter.

Je ne sais pas si Nicole a eu la même idée mais quand elle prépare le déjeuner je la trouve particulièrement apprêtée, maquillée, vêtue d’une robe légère elle a gardé ses talons hauts, ce qui fait ressortir ses fesses, la voir ainsi me fait bander !

— A table !

— J’arrive, fais-je sans me faire prier, tu es très belle, maman, aujourd’hui !

— Merci, j’ai un rendez-vous tout à l’heure, après manger

— Ah bon et avec qui ?

— Même si cela ne te regarde pas je vais te le dire, c’est avec Farid.

— Farid ? je croyais que tu n’aimais pas les arabes ?

— Oui mais Farid c’est pas pareil et puis il a dit qu’il avait un cadeau à me faire, alors tu comprends

— Je comprends que tu es une belle salope !

— Je suis ta mère et je ne te permets pas de.

— Et moi je me permets de te rappeler que si je déballe tout à papa tu vas avoir des problèmes !

— Petit salaud, tu ne ferais pas ça quand même ?

Je n’ai pas le temps de répondre que le téléphone se met à sonner, ma mère se lève et se rend dans le salon pour répondre, je la suis.

Assise sur le canapé, elle décroche, au ton de sa voix je sais que c’est mon père.

— Oui ça va, tu rentres ? interroge-t-elle.

Je m’approche, debout devant elle, j’ouvre ma braguette et sors ma queue. Quand je commence à me branler elle ouvre grand les yeux balbutiant au téléphone :

— Non, non tout va bien, . Oui il est là

Je me penche un peu pour lui caresser les seins de ma main libre, je continue mes va et vient, elle se laisse faire.

— Non il est heu occupé, oui il te rappellera plus tard .

Je promène mon sexe sur ses joues, j’ai l’impression que ses nichons vont faire exploser le tissu de la robe d’été.

— Oui moi aussi je t’aime, à ce soir mon chéri dit-elle en raccrochant le combiné.

C’est juste à ce moment qu’un jet de foutre lui inonde la poitrine.

— C’est malin, je vais devoir me changer maintenant !

— On n’a pas fini, maman

— Mais enfin Farid va arriver et tu as eu ce que tu voulais, non ?

— Non je veux te baiser, je veux ton cul

Encore une fois elle n’a pas le temps de répondre, maintenant c’est la sonnette de la porte qui retentit !

— Voilà, je parie que c’est Farid, il faut que j’y aille, je n’ai pas envie que les voisins le voie tambouriner à la porte, reste là et range-moi ta bite !

Maladroitement, je remets mon sexe encore bandé dans mon pantalon pendant qu’elle se dirige vers la porte d’entrée, je me demande ce qu’elle va faire et comment elle va expliquer le sperme sur sa robe !

— Bonjour Farid, entre

— Bonjour ma belle, dit l’arabe en l’enlaçant, mais tu colles ! tu as renversé quelque chose sur ta robe ?

— Oui mais

— Mais attend c’est du foutre ! tu es avec quelqu’un ?

— Oui c’est mon un ami de mon fils !

— Un ami de ton fils ? tu les prends au berceau maintenant ? Bon c’est pas grave, tu aurais pu me prévenir qu’on allait être plusieurs j’aurais amené des jeunes aussi !

Farid ne me connait pas, une chance pour ma mère, une explication de moins à donner !

Ma mère arrive dans le salon, suivie de Farid qui ne se gêne pas pour lui caresser le cul.

— Farid je te présente Julien !

— Bonjour Julien, alors tu as déjà commencé à profiter de Nicole ? elle est bonne hein, la mère de ton pote !

Tout en me disant ça, il fait glisser la robe souillée de maman à ses pieds, elle est à poil devant moi. Farid derrière elle, empoigne ses seins, elle tourne la tête pour l’embrasser. Il prend sa bouche avec fougue, je m’approche et fait descendre la culotte de ma mère à ses chevilles

— Oui elle est très bonne ! dis-je

— Allez on va dans ta chambre ma salope, je veux te baiser dans lit de ton mari ! fait Farid, s’il savait qu’un arabe baise sa femme il en ferait une attaque.

— Oui tu as raison on y va, dit maman.

En quelques secondes nous sommes nus sur le lit conjugal.

Ma mère allongée sur le dos, écarte les cuisses. Voir sa chatte de si près me déconcerte un peu !

— Vas-y, bouffe-lui la chatte, les blanches elles adorent ça, lance Farid

Je m’exécute pendant qu’il approche sa queue de la bouche ouverte de ma mère qui l’enfourne d’un coup. Je lèche le sexe de la femme qui m’a mis au monde, il est chaud et mouillée, j’écarte les lèvres trempées et à grand coups de langue je donne du plaisir à ma mère.

Farid, lui, s’active dans la bouche de maman, elle caresse les grosses couilles brunes de l’arabe lui arrachant des râles de plaisir, de la salive s’écoule le long de son menton et de sa gorge.

J’arrête de lécher pour me positionner, le sexe dressé devant la cavité humide et trempée.

Quand je la pénètre, Nicole me regarde sortant la queue de sa bouche pour branler énergiquement Farid qui dois se retenir pour ne pas éjaculer. Le rythme de ma queue est accompagné par le mouvements de ses hanches, je me retiens !

— Allez, on change de place ! Tourne-toi la chienne, je vais te remplir et toi remplis lui la bouche, elle adore ça !

Ma mère obéi sans discuter, elle se met à quatre pattes et je lui présente ma bite, la passe sur le visage avant d’entrer dans sa bouche. Farid se place derrière elle, en face de moi et commence à la baiser en lui tapant sur les fesses.

Ses coups de boutoir font avancer ma queue au fond de la gorge de Nicole, je ne peux plus me retenir, je lâche tout dans la bouche de mère. Quand je me retire, le foutre coule de sa bouche, elle ne dit rien trop occupé à profiter du sexe arabe qui lui déchire la chatte.

Farid sort de sa chatte après quelques minutes de labourage intense, ma mère se retourne, se met sur le dos pendant qu’il prend place entre ses nichons. Il a une bite énorme, il est excité comme un fou !

— Branle-le ! m’ordonne ma mère

— Mais

— Oui, branle-moi, allez fini moi, renchérit Farid

Sans réfléchir plus, j’empoigne le membre de Farid et le branle au-dessus des seins de ma mère, je lui caresse les couilles quand il éjacule. J’ai l’impression que des litres de foutres recouvrent maman, j’essore bien la queue de l’arabe, il me remercie avant de descendre du lit et dire :

— T’es vraiment une bonne chienne Nicole, il faut que j’y aille mais on va se revoir, à bientôt !

— N’oublie pas ce que tu m’as promis ! dit ma mère

— Non t’inquiètes pas, répond Farid avant de partir.

Je m’allonge près de ma mère qui me dit :

— Alors tu as aimé ?

— Ah oui c’était bon !

— Bon bien maintenant tu vas faire le ménage me dit-elle en me présentant ses seins, tu vas lécher le foutre de Farid ça t’apprendra à me faire chanter !

Je m’exécute, c’est la première fois que j’avale le foutre de quelqu’un, en plus sur les miches de ma mère ! j’adore !

Related posts

Tu l'as cherché – Chapitre 9

historiesexe

Chroniques Saphiques. – Chapitre 4

historiesexe

Les machinations de Laure – Chapitre 1

historiesexe

1 Commentaire

cyberdominant 2022-11-14 at 15h52

Belle histoire, cela est excitant de baiser sa mère, de la voir nue et qu’elle te suce la queue et après que tu la possèdes, quel plaisir.
Par contre lécher le sperme cela me dérange, goûter le jus de ma mère je suis ravi.

Répondre

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte .