Chapitre 3

Cela fait un mois maintenant que je partage le lit de Sarah et nos parties de baise était toujours aussi effréné. Nous avions eu loccasion de baptisé chaque pièce de mon appartement et une partie de celle de sa maison. Malheureusement cette relation exclusive mavait empêché de continué à explorer le corps de sa superbe fille Diana.

Je venais de terminer une journée de boulot particulièrement éreintante quand mon téléphone sonna.

— Allo, dis-je en activant le kit main libre.

-Salut, me répondit la voix suave de Diana.

-Que puis-je faire pour toi ?

-Ma mère est coincé au bureau pour une méga réunion, résultat je suis coincé au lycée, mexpliqua ladolescente. Pourrais-tu venir me chercher ?

-Sans problème.

Diana me transmit les coordonnées de son établissement et vingt minutes plus tard je stationnais devant le grand porche de lécole. Rapidement, je repère la fille de Sarah en plein discussion avec un groupe dado de son âge. Lun deux en particulier cherche à attirer son attention. Il sagit dun jeune garçon assez beau gosse si on lui retire cet air prétentieux affiché sur son visage.

Dun bref coup de klaxon, jattire lattention de Diana. Après un rapide salut la jeune femme me rejoint dans la voiture et me dépose un baiser aux commissures des lèvres en guise de salut. Jengage une vitesse et nous quittons la rue de son école sans un autre regard à son groupe damis.

-Jespérais bien que tu viendrais, me dit-elle après quelque minute de silence. En fait, quand maman ma téléphoné pour me prévenir de sa réunion, je lui ais gratté ton numéro.

Je ne vois pas vraiment quoi répondre, je ne pouvais pas nier que moi aussi javais ardemment désiré en fin pouvoir me retrouver seul avec elle.

-Ton copain ne risque pas dêtre jaloux, ne puis-je mempêcher de la taquiner.

Diana me lance un regard boudeur avant de me répondre.

-Lui, je lai largué. Il est vert de jalousie depuis que je lui et dit que je laisse mon nouveau copain me faire tous ce que je lui ai refusé.

-Tu as parlé de nous, mexclamais-je paniqué.

-Du calme. Mes amis pensent simplement que je sors avec un mec dun autre bahut.

Je lâche un petit soupir de soulagement. Soudain ma passagère me désigne une ruelle du doigt.

-Va par-là !

-Ce nest pas le chemin de la maison.

-Toccupe, tourne.

Docile, jengage mon véhicule dans la ruelle. Rapidement, les maisons se raréfient jusquà ce que nous nous retrouvions dans un chemin boisé.

— Gare-toi là, me dit-elle.

Au moment où je mexécute, ladolescente se coule déjà contre moi pour membrasser dans le coup. Son souffle chaud me chatouille agréablement.

-Enfin, murmure-t-elle à mon oreille. Tu ne peux pas savoir depuis combien de temps jattends ce moment.

Sa main glisse le long de ma jambe pour arriver jusquà mon antre jambes. Mon sexe est déjà bandé et dur alors que ses doigts le caresse à travers le tissus.

-Et ta grosse bite ma aussi manqué.

-Prouve le, lui répondit-je dune voix sourde.

Les mains habille de Diane libère ma tige de chaire qui se dresse fièrement. Saisissant ladolescente par les cheveux je la guide vers mon membre.

-Suce bien petit salope.

Sa bouche mouillée coulisse sur mon gland avec une langueur fantastique. La jeune fille me gratifie dune longe et profonde fellation qui ne tarde pas à marracher de petit gémissement de plaisir. Après mavoir gardé dans sa bouche ma petite salope fait glisser sa langue de mon gland jusquà mes couille bien pleine.

-Elle est trop bonne ta bite, me dit-elle entre deux lapement.

-La ferme et suce, lui ordonnai-je.

Ma main à déjà glissé dans son pantalon et avance jusquà sa chatte mouillée. Fou de désir je remonte son visage pour lembrassé goulument pendant que nous nous déshabillons lun lautre. Après avoir allongé mon siège en position horizontal

je me couche sur Diana. Ladolescente lâche un cri de plaisir quand ma bite senfonce en elle.

-Mon dieu, gémit-elle alors que ses ongles lacèrent mon dos.

-Taime ça ma petit salope.

-Ho oui, jadore que tu me baise.

Ma bite ne tarde pas à prendre son rythme de croisière alors que les cris de jouissance de ma partenaire emplissent lhabitacle du véhicule.

-Baise-moi, baise moi.ho baise moi, me supplie-t-elle à chacun de mes coups de bassin.

Après lavoir prise un moment dans cette position je la redresse.

-Met toi à quatre pattes, lui ordonnai-je. Je veux te péter la rondelle.

-Ho oui, encule-moi, me dit-elle en se mettant en position.

Je prends le temps de préparer convenablement son anus avant de présenter mon membre raide contre sa rosette. Cest à

ce moment que retentit la sonnerie de mon téléphone. Le thème musical mapprend quil sagit de Sarah.

-La ferme, dis-je à Diana avant de décrocher. Allo, mon cur.

-Salut mon amour, me répond ma compagne. Tu as été recherché Diana à son lycée.

-Bien sûr, elle est à côté de moi.

Tout en parlant jentrepris dintroduire ma bite dans le cul de ma jeune partenaire qui dû se couvrir de ses mains pour couvrir ses cris de plaisir.

-Elle peut mentendre ? me demande Sarah.

-Non, menti-je.

-Génial, tu ne devineras jamais ce que je fais.

-Dit-moi.

-Je me suis acheter un gode pas aussi gros que ta queue mais pas mal quand même.

-Daccord, dit-je comme si jessayais de cacher le tenant de notre conversation à sa fille.

-La je suis dans les toilettes et je le fais glisser contre ma fente, cest trop bon, me décrit Sarah la voix chargé de plaisir. Ho

dommage que tu doives attendre ce soir pour que je puisse te soulager.

-Tu es dur avec moi, répondit-je en redoublant dardeur dans le cul de sa fille.

-Écoute comme jaime ça.

La voiture est soudain remplie des cris de jouissance de ma compagne. Heureusement pour moi, il couvre ceux de Diana incapable de se retenir davantage. Baiser la fille de Sarah au téléphone pendant que celle-ci ce branle à lautre bout de la ligne ne fait quaccentuer encore un peu plus mon excitation.

-Hoooooo, je vais jouir, me crie Sarah.

-Moi aussi, me souffle Diana alors que son anneaux anal se contracte spasmodiquement sur ma bite.

Il nen faut pas plus pour que je me déverse dans lintestin de ladolescente.

-Cétait trop bon, me souffle Sarah haletante. Mais rassure toi, il men reste encore pour toi se soir.

-Jespère bien.

Je me rassois, puis dun claquement de doigt jordonne à ma jeune maîtresse de nettoyer ma queue, ce quelle fait avec docilité.

-On se retrouve à ma maison.

-Daccord.

-Je taime.

-Moi aussi, conclu-je avant de raccrocher.

-Moi aussi je taime me dit Diana en se penchant pour membrasser.

-Jespère que tes prête pour le second round, lui dit-je en désignant ma bite toujours bandée.

La jeune fille me lance un sourire vicieux.

Related posts

je suis Papa !!!!! – Chapitre 1

historiesexe

Terra Sancta Nostra – Chapitre 2

historiesexe

Anne ou la naissance d'une soumise – Chapitre 5

historiesexe

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte .