Histoires de sexe à l'école Histoires de sexe lesbiennes Histoires érotiques

elle cachait bien son jeu – Chapitre 12




Nous avons laissé ma mère sans nouvelles pendant 10 jours, puis Annie lui téléphona un mercredi soir:

« allô ma chérie! bonsoir comment vas tu?

« très bien! écoute, je tappelle pour te dire que je vais venir te chercher en voiture demain vers 13h30 alors tient toi prête et surtout fait toi belle et sexy! »

« ne tinquiète pas tu vas adorer ma surprise! »

« ne me contrarie pas tu pourrais le regretter, alors je te dis à demain ma toute belle! »

Elle raccroche en souriant. Le lendemain, Annie en au volant de sa voiture et je suis à côté delle. Une fois garée devant chez elle, nous entrons dans la maison où nous trouvons Marie dans une magnifique robe jaune qui tient au cou et qui lui laisse les épaules nues, elle porte des chaussures à talons assorties, elle est maquillée et ses ongles sont manucurés dun rouge vif, et elle est coiffée magnifiquement. Annie lui sourit:

« bonjour ma chérie! tu es magnifique! je crois que tu vas faire sensation!!! »

« mais où allons nous? »

« ne pose aucune question et suis nous tu verras bien! et noublie pas! tu obéiras à tout ce que je te demanderais! »

Nous repartons en voiture, Annie au volant, Marie à côté delle et moi derrière. Tout en roulant, je glisse mes mains sur la poitrine de Marie et je dis:

« tu est trop sexy! trop bandante!!! »

Annie répondit:

« cest clair! et elle va adorer ce qui lattend crois moi!!! »

Elle gare la voiture sur le parking et nous sortons pour nous diriger vers ce "façon bar" où ma mère rencontre toujours ses jeunes amants. Celle ci, comprenant nos projets dit alors:

« non! pas ici! tout le monde ma connaît!!! sil vous plaît!!! »

Annie se retourna et se mit face à elle:

« tu nas pas le choix ma salope! tu vas faire ce que je te dis sinon tu sais ce que tu risques!!! nest ce pas? »

Marie ne répondit rien et nous entrons dans létablissement. Le patron est derrière son comptoir, il y a une radio qui diffuse de la musique et une dizaine de jeunes sont attablés et discutent entre eux. En nous voyant arriver, le patron sourit à Annie et il dit:

« bonjour! vous allez bien? »

« super merci! nous vous amenons la personne dont je vous ai parlé! »

« très bien! passez dans larrière salle, je moccupe du reste! »

Et alors que nous allions à lendroit indiqué, il coupe la musique, tape dans les mains et dit:

« mes chers client aujourdhui nest pas un jour comme les autres! jai une surprise pour vous! une dame tout à fait comme il faut est ici et soffre à chacun dentre vous de la façon quil vous plaira! elle obéira à chacun de vos désirs! alors ne vous gênez pas et amusez vous bien!!!

quelques uns se levèrent et passèrent dans larrière salle ou ma mère sétait assise. Lun dentre eux sassit près delle et glissa une main sous la robe pour caresser ses seins volumineux. Un autre avant remonté sa robe et, constatant quelle ne portait pas de culotte, avait glissé un doigt dans la fente offerte. Un troisième sapprocha, baissa son pantalon et elle le prit dans sa bouche pour le pomper. Rapidement, ils furent tous autour delle, sa robe finit au sol et elle était nue, offert à cette horde de jeunes gens en chaleur. Elle était assise et alors quun gars lui broutait le minou, elle suçait une queue en masturbant toutes celles qui se présentaient autour delle, elle astiquait et pompait sans relâche. Annie dit alors:

« allez les gars, tous en rang! elle va vous faire gicler lun après lautre! »

Les types salignèrent et ma mère prit le premier dans la bouche et le branla jusquà ce quil lui jute dessus. Puis elle fit de même avec le second, puis le troisième. A chaque éjaculation quelle recevait, elle en avalait une partie et recevait le reste sur le visage et sur les seins. Quand elle eut pompé chacun deux, elle était recouverte de semence. Puis lun des gars sassit sur une chaise et il la fit sasseoir sur lui, puis un autre lui perfora le cul, un autre arriva pour se faire sucer, et 2 autres se faisaient masturber. Jeus un sourire étonné:

« 5 queues rien que pour elle! jai jamais vu un truc pareil!!! »

Annie me répondit:

« oui cest une cochonne! mais tinquiète ils vont lui en donner plus quelle nen veut!!! »

Le gars se dégagea après avoir giclé dans son petit trou et sans attendre, un autre prit sa place. Celui qui se faisait pomper avait giclé et les 2 autres également, car elle les branlait avec vigueur. D’autres prirent leurs places et elle jouissait elle aussi, prise ainsi de toute part. Les 2 qui étaient dans son cul et dans sa chatte jouirent en même temps. Ma mère se leva et prit un autre type par devant tandis quun autre vint à nouveau la sodomiser. Javais ôté mon pantalon et je mapprochais delle. Quand elle eut terminé avec les 3 types quelle prenait dans la bouche et dans les mains, elle prit mon chibre dans sa main et mastiquait avec fureur. Puis elle me prit dans sa bouche après que celui quelle suçait eut éjaculé. Elle reçut ainsi je ne sais combien de jets de sperme sur le visage. Elle en avait partout : sur la figure, les cheveux, la bouche, les seins, le ventre, les jambes ! il y en avait même par terre! Après lui avoir explosé dans le gosier, je me mis derrière elle et jattendis mon tour pour lui prendre le cul. Le type qui la sodomisait lui explosa dedans et se retira pour me laisser sa place. La pièce était remplie de râles et de gémissements et ma mère ne savait même plus qui la baisait ni qui elle suçait car elle gardait les yeux fermés. Un autre type la prit à califourchon sur lui et je mintroduisis dans sa gaine qui semblait encore plus large quil y a quelques semaines. Je vis que des gars navaient pas juté dans son cul et lui avaient arrosé le dos. Du sperme coulait maintenant sur ses fesses. Nous étions donc 12 types à la pilonner dans tous les sens, ce qui nous permettait de récupérer tandis quelle soccupait de 3 autres. Cela faisait près de 3 heures quon la défonçait de toute part, et elle finit par dire:

« je nen peux plus! laissez moi partir!!! vous avez eux ce que vous vouliez alors laissez moi maintenant!!! »

Annie lui dit:

« non ma toute belle! désolé!!! tu vas encore rester et te faire défoncer par tous ses jeunes beaux mâles!!! je croyais que tu aimais la bite ma cochonne! alors de quoi tu te plains? »

Les types se relayaient et déversaient leur foutre chaud dans ses trous ou sur elle. Recouverte de semence, elle nétait plus que 3 orifices qui semblaient nexister que pour notre plaisir. Laprès midi passa ainsi, et ce ne fut que vers 18h30 que larrière salle se vida, laissant Marie étendue sur une table, recouverte intégralement de sperme, sa robe gisant dans un coin. Annie maida à la relever, elle mit la robe qui était au sol dans un sac, de mon côté javais amené un manteau et je le mis sur les épaules de ma mère puis Annie alla chercher la voiture et nous repartîmes à la maison pour laisser ma mère chez elle sur le canapé du salon.

Related posts

Une vie peu ordinaire pour un étudiant ordinaire. – Chapitre 1

historiesexe

Jessica, ma meilleure amie – Chapitre 7

historiesexe

Eva, ma cousine – Chapitre 1

historiesexe

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte .