Histoires de sexe de vacoisins Histoires de sexe lesbiennes Histoires porno

Baisée dans les toilettes après un cours excitant – Chapitre 1




Je m’appelle Kate, je suis française mais mes parents sont anglais d’où ce prénom qui sort de l’ordinaire ici. Je suis grande et fine avec 1m73 pour 59 kg et j’ai de longs cheveux noirs.

Aujourd’hui j’ai 20 ans et je vais vous compter l’histoire vraie qui m’est arrivée l’année dernière.

Vêtue d’une robe noire et de bas collant sans culotte dessous, j’étais dans l’amphithéâtre de l’université en train de suivre un cours de psychologie. Autant dire que je n’ai jamais accroché à cette matière, d’autant plus que le cours du jour durait trois heures et portait sur une sombre histoire à propos de la dichotomie de la mémoire… barbant.

Raison pour laquelle j’avais décidé de m’installer au fond de l’amphi et de passer le temps sur mon smartphone. Je n’ai jamais beaucoup apprécié les jeux vidéo, je suis plus adepte des réseaux sociaux… mais cette fois j’avais envie d’essayer quelque chose de différent.

Je me suis donc décidée à essayer un réseau social pour adulte histoire de m’amuser un peu et, qui sait, mettre fin à mon célibat. Après avoir créé un compte sur le premier que j’ai trouvé sur Google, j’ai ajouté une photo de moi.

Bien entendu je ne m’attendais pas à tomber sur le prince charmant mais la dure réalité fût encore plus implacable : entre les gamins et les pénis en gros plan j’étais servie. Néanmoins, tous ces sexes dressés pour moi ne me laissaient pas tout à fait indifférente et je décidai de poursuivre l’expérience.

Certains hommes étaient plus intéressants que prévu, une fois leur sexe envoyé, un en particulier réussit même à me soutirer une photo de mes seins que je traînais depuis longtemps sur mon téléphone. Je me sentais exhibitionniste et plus le cours passait, plus je sentais la chaleur m’envahir le bas-ventre.

L’envie montait en moi de me caresser mais j’avais trop peur d’être surprise par un autre étudiant. Je me dis que maintenant que j’avais partagé une photo plus intime à un homme, je pouvais bien en faire un peu plus. J’ai donc commencé à en envoyer quelques autres à plusieurs de mes nouveaux amis et à leur raconter ma situation de femme excitée coincée dans un amphi.

Le cours se terminant je n’en pouvais plus ; j’étais littéralement trempée et j’avais prévu de filer m’enfermer aux toilettes pour me satisfaire. J’ai descendu rapidement l’escalier en sentant le regard appuyé des garçons sur moi ; probablement dans un réflexe animal sentaient-ils la demoiselle en chaleur.

Il était environ 17h, mon cours était dans la dernière tranche horaire de la journée et je m’attendais donc à ne pas être seule aux toilettes, d’autant plus qu’elles étaient mixtes homme/femme pendant plusieurs mois pour cause de travaux chez les femmes.

Une fois arrivée sur place, je me suis enfermée dans la cabine du fond et empressée de monter ma robe et baisser mes bas. Sachant que d’autres personnes allaient probablement arriver, j’ai commencé par un petit plaisir que j’ai toujours eu : déguster ma propre mouille.

Je me suis appliquée à récolter tout le précieux liquide et à le lécher sur mes doigts au son des quelques conversations des personnes de passage. Je repensais à toutes ces longues queues bien dures pour moi que j’avais reçues plus tôt, cela m’excitait encore plus.

Anticipant mes futurs contacts avec ces messieurs, je pris une photo de mon si délicieux minou et une de moi en train de lécher un de mes doigts couverts de cyprine. Imaginer l’érection que cela leur provoquerait m’excitait encore davantage.

Quand j’eus terminé de savourer mon péché mignon, je décidai de passer aux choses sérieuses. Plus de bruit à l’extérieur, j’étais seule. J’ai complètement enlevé ma robe, mon soutien-gorge et mes bas et les ai déposés sur les toilettes fermées afin de pouvoir m’asseoir. Complètement nue, je pris de ma main gauche mon sein droit et de ma main droite je commençai à me caresser le sexe.

Un gémissement m’échappa, et aussitôt la voix masculine d’un étudiant s’éleva :

— Tout va bien ?

— Euh… je… oui ce n’est rien.

— OK désolé

Surprise, je me suis immédiatement arrêtée le temps qu’il s’en aille. Sans doute était-il entré sans que j’entende la porte. Je l’entendais utiliser l’urinoir lorsque je réalisai tout à coup que cette voix appartenait à un élève qui m’avait dragué lourdement un mois plus tôt lors d’une sortie en boîte.

Il s’était collé à moi et me soufflait des mots d’amour d’un air alcoolisé après avoir vainement tenté d’agripper mes seins. Il était relativement beau mais ses manières m’avaient convaincue de le repousser. Ce soir, je voyais les choses sous un autre angle. Entre temps, j’entendis le bruit du sèche-main et il était probablement sur le point de quitter la pièce.

— Écoute finalement j’aurais besoin de ton aide.

— Ah ?

— Oui sil te plaît est-ce que tu peux essayer d’ouvrir la porte, je suis bloquée mais j’avais un peu honte de l’avouer

— Je comprends, j’arrive !

Je m’empressai de déverrouiller la porte, heureusement les loquets étant silencieux il ne put pas s’en rendre compte. Je me tournai face au mur, je mis mes deux mains contre à hauteur de taille et je me cambrai. Jamais de toute ma vie je n’avais tenté pareille expérience.

« Boom » – un bruit sourd, il avait poussé vigoureusement pensant la porte bloquée.

« Oh » – une exclamation, pas un mot de plus. Il referma la porte, ensuite un bruit de tirette, une main chaude sur ma fesse droite. Je sentis son sexe pousser à l’entrée du mien et, d’un coup, il était entré pleinement en moi.

Donnant des coups de butoir contre moi, il me pénétrait profondément et je n’essayai pas cette fois de retenir mes gémissements… qui furent de véritables cris de joie.

Après cinq minutes pendant lesquelles je fus prise contre ce mur, il se retira et je sentis sa semence chaude inonder le bas de mon dos. Estomaquée, je ne pus pas bouger tout de suite, mais lui s’empressa d’ouvrir la porte et de s’en aller, sans un mot.

Il ne me laissa même pas le temps de me retourner. Une dizaine de minutes plus tard, je me suis rhabillée et je suis rentrée chez moi. J’ai pris une douche et je me suis allongée dans mon lit.

Je ne peux même pas affirmer que c’est le même garçon que j’avais rencontré qui m’a baisée ce soir-là mais cela reste à ce jour ma meilleure expérience sexuelle.

Related posts

Un dépucelage surprenant – Chapitre 1

historiesexe

Trop sexy – Chapitre 4

historiesexe

du paradis a l'enfer – Chapitre 2

historiesexe

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte .