Histoires de sexe mobiles Histoires érotiques couples amateurs Histoires tabous

La machine transdimensionnelle – Chapitre 1




Je mappelle Rémi, jai 18 ans, je suis en terminale S. Voilà pour mon CV. Vous aurez sans doute loccasion de mieux me connaître par la suite.

Aujourdhui, jaide mes parents, oncles et tantes à vider la maison de mon grand-père qui est décédé récemment. Sa disparition ma touché sans plus, car je le voyais finalement peu, en raison de la distance qui nous séparait de chez lui.

Jétais en train de faire le tri dans un véritable capharnaüm au grenier, quand je suis tombé sur un curieux appareil électronique. Son aspect très rudimentaire me laissait penser que cétait une fabrication maison. Je my connais un peu en électronique, mais pas suffisamment pour comprendre comment est fait ce circuit peu protégé. Pas la moindre idée de ce à quoi il peut servir. Je vois quil y a encore des piles dans leur logement. Jappuie sur linterrupteur pour voir sil sallume encore. Des diodes se mettent à clignoter partout, des chiffres défilent sur un petit écran. Je nai pas la moindre idée de ce qui se passe, et alors que je pose mon doigt sur linterrupteur pour éteindre ce curieux engin, la grosse diode centrale sallume, juste lespace dun instant. Je suis effrayé par le puissant flash produit, et je dois attendre quelques secondes avant de pouvoir voir à nouveau.

Lappareil séteint tout seul, sans que je ne comprenne quoi que ce soit. Intrigué, je le cache pour le ramener à la maison.

Le lendemain, au lycée, tandis que nous nous dirigeons vers le gymnase pour un cours de sport, je discute avec un ami, Alexis, bien plus calé en électronique que moi, de ce curieux appareil. Il me dit quil veut bien que je le lui montre un de ces jours.

Nous continuons à discuter, tout en entrant dans le vestiaire des garçons. A ma grande surprise, je vois les filles y entrer elles aussi. Une surprise absolument pas partagée, avec personne. Devant labsence de réaction des mecs, je fais mine de trouver ça normal aussi, mais difficile de rester stoïque devant une quinzaine de filles qui retirent leur t-shirt ! Je les regarde discrètement. Le locataire de mon caleçon semble apprécier à en juger par mon érection naissante. Je me dépêche de me changer pour que personne ne saperçoive que je bande. Quest-ce qui se passe pour que les filles se changent dans le même vestiaire que les garçons, et surtout que tout le monde trouve ça normal ?

Jai évidemment beaucoup de mal à me concentrer sur le cours de sport, au grand damne de ma joue qui va regretter le ballon quelle sest prise si violemment à cause de mon inattention.

A la fin du cours, rebelote, filles et garçons sont dans le même vestiaire, tous se changent librement. Il ny a que moi que ça choque (et que ça excite). Je reste bouche bée lorsque je vois Agathe même retirer son soutien-gorge ! Elle est comme ça, dans le vestiaire, en présence de filles et de garçons, seins nus ! Je crois rêver ! Comme avant je dois me dépêcher si je ne veux pas que mes camarades saperçoivent que je bande.

Lorsque je suis parti de chez moi, il y avait un mystère : celui de lappareil de mon grand-père, et en rentrant, un deuxième mystère, celui des vestiaires.

Quand je rentre chez moi, je décide de me pencher sur lappareil, mais avant, petite branlette. Après un tel cours de sport, je ne pouvais pas y échapper. Les seins dAgathe sont imprimés dans ma rétine, cest comme sils étaient face à moi pendant ma séance de masturbation.

Voilà une bonne chose de faite. Je nai pas dexplication, mais je me suis soulagé, cest déjà ça. Revenons maintenant à lappareil.

Je lexamine en détail. Aucune inscription nest présente, rien pour maider à comprendre son fonctionnement. Jappui alors sur linterrupteur, et essaie de trouver une logique aux clignotements et aux chiffres qui saffichent, mais rien. De nouveau ce flash aveuglant, mais pas suffisamment pour môter limage des seins dAgathe.

Bon, je nai rien découvert de mieux. Je vais lemmener en cours pour le montrer à Alexis demain. Après une journée comme celle-ci, difficile de trouver le sommeil. La nuit passe trop vite, et il est déjà temps daller en cours.

Je vais rejoindre mon habituel groupe, avec qui je suis tout le temps. Je serre la main des mecs, et je fais la bise aux filles. Enfin ça, cest ce que je pensais faire Alors que je veux faire la bise à Audrey, celle-ci membrasse sur la bouche. Je reste figé et je deviens tout rouge. Elle me demande ce qui marrive.

« Rien, rien »

Chez toutes les autres filles, cest la même chose, elles membrassent sur la bouche. Un simple baiser, rien de plus, mais quand même. Là de nouveau, cela ne semble choquer personne.

Je commence à minterroger : ces deux événements (les filles qui se changent dans notre vestiaire, et maintenant qui troquent la bise pour un baiser sur la bouche en guise de bonjour) surviennent en simultané avec ma découverte de ce mystérieux appareil. Et si tout ça était lié ?

Je montre lappareil à Alexis, à lécart du groupe. Il ne comprend pas non plus la logique de conception de cet objet surréaliste. Je lui fais alors part de ma réflexion qui le laisse perplexe.

Je lui propose alors de procéder à un test : on na quà appuyer sur linterrupteur, et on verra bien si quelque chose change. Il est daccord. Jappuie donc. Les diodes clignotent, les chiffres défilent, et le flash apparaît. Nous retournons vers le groupe, pour voir si quelque chose a pu changer. Alexis me fait remarquer quaucune fille ne porte de soutien-gorge. Cest très visible, on est à la fin du printemps, et il fait très bon, les vêtements ne sont par conséquent plus très épais. Je vois même très légèrement les tétons dAudrey pointer à travers son débardeur.

Et je suis certain que la majorité dentre elles en portaient un tout à lheure. Est-ce à dire quappuyer sur linterrupteur nous plongerait dans une dimension avec un niveau de sexe n+1 ? (Pardonnez mon côté scientifique, jai tendance à tout mettre en équation)

Pendant toute la journée, Alexis et moi émettons des hypothèses sur le fonctionnement du Transdim comme on lappelle maintenant (diminutif de « machine transdimensionnelle). A la pause de midi, nous tentons dappuyer une nouvelle fois. Suite à cela, nous voyons que pas mal filles portent un string apparent.

Alexis me propose un jeu : chaque matin, on pourrait, avant dentrer dans lenceinte du lycée, utiliser le Transdim pour voir comment évoluent les choses.

Il a toujours dexcellentes idées, cest pas pour rien que je suis ami avec lui. Jaccepte de jouer à ce jeu.

Après les vestiaires mixtes, les baisers, labsence de soutifs, et les strings, quest-ce qui nous attend demain ?

Related posts

Natalie – Chapitre 23

historiesexe

Mes Maris – Chapitre 1

historiesexe

Lea : quelques épisodes de ma vie – Chapitre 3

historiesexe

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte .