Histoire de sexe fétiche Histoires érotiques au travail Histoires porno

Nadia et le plombier pervers – Chapitre 8




Il enlève son casque, le pose sur la table de la cuisine. Il a encore son "bleu". Il est venu directement de chez son patron, il n’a même pas pris le temps d’aller chez lui pour se changer. Il est vraiment impatient de venir et de profiter de mon corps. Il est obsédé par le sexe, il me veut.

— Dis donc, tu es un peu plus habillée que ce matin !!

— Oui, comme Pascal a voulu pour toi ce soir…

Il me regarde, je sens son regard sur mes seins, qui descend. Il me fait retourner, regarde mes fesses.

— C’est joli tout ça ! Je te kiffe grave !!

Je suis face à l’évier. Il vient vers moi, me caresse les hanches, les fesses. Me pelote les seins.

Puis il m’embrasse dans le cou.

— Tu me plais… J’ai envie de toi…

— Oh non, Kévin… Pas tout de suite… Ce soir…

— Non….. Maintenant… J’ai envie…

Il ouvre sa braguette et sort sa queue dressée de son bleu.

Puis m’embrasse à pleine bouche. Je sais qu’il est inutile de résister. Aussi je participe, nos langues se mélangent.

— Branle-moi pendant que je te roule des pelles…

J’obéis…

— Huuummm… oui… comme ça… branle-moi bien… doucement… c’est bon…

Ca dure un moment, il me pelote partout. Puis il arrête, se recule, se place derrière moi.

— Retourne-toi et montre moi tes seins !

J’hésite.

— Mais…

— Il n’y a pas de "mais" qui tienne.

— Montre moi tes seins !

— Allez, vire le haut !!

Je prends mon t-shirt à deux mains, le fait passer au-dessus de ma tête.

Suis en soutien-gorge en dentelle noire devant lui.

— Eh bien ? Qu’est-ce que tu attends ? Vire ton soutif !!

Je ne bouge pas.

— Tu fais encore ta chochotte on dirait.

Il s’approche. Me fait pivoter sur moi-même. Je le sens dégrafer mon soutien-gorge.

— Voilà ! Comme ça, on n’en parle plus.

Les bretelles dégrafées, il me refait pivoter.

— Allez, vire ton soutif.

J’obéis.

Il vient, m’embrasse. Prend mes seins à pleines mains, les pelote, les triture.

M’oblige à le masturber.

— Humm… T’as une belle paire de miches, toi, tu sais… Tu dois faire bander les mecs avec des nibards pareils.

Soudain, il se met à me sucer les tétons.

Au bout d’un moment, je gémis.

— Ca te plaît, hein, salope, de te faire bouffer les seins…

— Oh oui… C’est bon… J’aime ça… Tu le fais bien…

— Eh bien, toi, n’arrête pas, branle-moi bien en cadence…

Je continue à le masturber.

Ses caresses précises me font gémir. Je vois que ça lui plaît. Mais je ne peux me retenir.

— Tu aimes ça, hein, salope…

— Tais-toi, continue, surtout… Oh… C’est bon ce que tu me fais…

Au bout d’un bon moment, il s’arrête, se recule.

— Maintenant, vire le bas !!

Je vois qu’il est inutile de résister.

J’enlève les hauts talons, déboutonne mon jean et l’enlève.

Je suis seins nus et en culotte dentelle devant lui.

— Jolie culotte !! Tu as du goût. Tu es très sexy.

Il vient, m’embrasse goulûment, tout en me passant sa main de bas en haut sur le sexe, à travers la lingerie.

— Allez, enlève ton slip !

Je suis bientôt nue devant lui. Il m’embrasse, me caresse le sexe avec insistance.

— Tu as ta petite chatte toute rasée, dis donc… Tu es toute lisse… C’est bien ça ! Je pourrai mieux te pénétrer…

— Humm… Tu commences à mouiller…

Je gémis sous ses caresses, tout en le masturbant.

Tout à coup…

— A genoux ! SUCE MOI.

J’obéis et entreprend la fellation.

— Ahhh… Oui… Ta bouche est douce… Vas-y… Fais moi plaisir… Suce moi bien…

— Continue… Sors bien ta langue… Oui, comme ça… Oui, le long de ma bite…

— Allez, ta langue sur le gland ! Titille le bien… Sors la bien dessus… Oui… ahhhhhh ! ahhhhhhh….. ahh…

Tout à coup, il met sa main sur ma nuque et me tient fermement pour accélérer la prise en bouche.

J’étouffe.

Puis il se relâche.

— Bouge pas ! Je vais te prendre la bouche !

Il commence le va-et-vient. Doucement. Puis de plus en plus fort.

Je salive, j’étouffe avec ce gros sexe en bouche.

— Ah, salope ! Bouffe ma queue !! … Prends la bien à fond… Allez, encore plus profond !! Gorge profonde, salope… Avale ma queue…

Je n’en peux plus. La salive sort en filet. Mon maquillage coule. Je suis exténuée. J’ai envie de vomir quand la bite tape à fond.

Ca dure au moins un quart d’heure.

Il se retire. Suis épuisée.

— Relève-toi ! Maintenant, je vais te prendre !!

Je me relève. Il me désigne la table de cuisine du doigt.

— Allonge-toi ! Je vais te baiser sur la table !

J’ai honte. Je m’allonge sur la table, les jambes dans le vide.

Il vient. Crache dans ses doigts pour m’humidifier le sexe.

— Hummm… Tu mouilles déjà bien, salope.

Il me doigte. Je gémis.

Il s’avance. Lève mes jambes haut sur ses épaules. Pointe son dard vers mon sexe, et me pénètre. Doucement, puis d’un coup brusque.

— Aahhh !!!!

Et commence à me posséder.

— Ah, salope… Tu es bonne… Ca glisse bien… Tu mouilles…

— Tu vas voir ce que je vais te mettre, petite pute !!

Il me prend, va-et-vient, sort presque entièrement sa queue pour la replonger à fond, me pelote les seins…

Je gémis… Puis je crie.

Mes cris l’excitent. Il accélère le rythme. Me prend à fond, fort.

Je hurle. Je jouis…

— Ahhhh… Oui ! Encore ! C’est bon… OUIIIII ! Ahhh…

— Ah… Prends moi fort… Comme ça… ENCORE… Oui ! Ahh… AHHH… AHHH… AH ! AH ! AH !! JE JOUIS !!!!!!!!!!!!!!! Ahhhh… je jouis… C’est trop bon, oui, encore… ENCORE….. Ahhhhhh……………

Il m’a faite jouir. Il me prend plus calmement maintenant. Il ne dit rien, se contente de me baiser.

Au bout d’une bonne demi-heure à me prendre, il se retire.

— Bon ! On va passer aux choses sérieuses, maintenant…

Je le vois sortir de la cuisine. Il va dans notre chambre. Revient avec à la main, le tube de gel anal !!

Je comprend ce qui m’attend.

Je suis encore allongée sur le dos sur la table de la cuisine, cuisses écartées et jambes ballantes dans le vide.

— Lève-toi !

Epuisée, j’obéis. Suis debout contre la table.

— Mets-toi en position par terre !

— Par terre ??

— Oui, j’ai envie de te baiser par terre !

— Et je vais te prendre DANS LE CUL !

— Alors, en position, vite !!

— Allez, démmerde-toi un peu ! A QUATRE PATTES !

Je me positionne sur le carrelage, en levrette.

— Tends bien le cul, je vais te "préparer" !

Related posts

Le mieux pour tous – Chapitre 1

historiesexe

Ma drole de famille – Chapitre 26

historiesexe

Top Model – Chapitre 9

historiesexe

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte .