Cette histoire se passe un dimanche après-midi au milieu du mois de mai. Il fait beau et chaud, et je passe la journée avec Natasha, ma copine. Nous sommes sur la terrasse de ma maison de campagne, à l’abri du soleil, et nous discutons de tout et de rien.

Vers 15 heures, Natasha me propose d’aller faire un tour pour se dégourdir les jambes. J’accepte et suggère d’aller nous promener le long de la rivière qui passe près de chez moi, comme cela, nous serons à l’abri du soleil, sous les arbres qui bordent le ruisseau.

Nous partons donc direction la rivière. Nous empruntons un petit sentier légèrement en pente jusqu’à la forêt puis nous allons vers la gauche pour rejoindre le cours d’eau. Après une bonne demi-heure de marche, nous décidons de nous arrêter sur une petite plage de galet pour faire une pause. Je sors une bouteille d’eau de mon sac et la tend à Natasha :

–    Tiens, il faut boire avec cette chaleur.

–    Merci Ah mince ! J’en ai renversé sur mon T-shirt.

–    C’est pas grave, enlève-le, lui proposé-je avec un sourire coquin, il y a personne ici.

Elle hésite un moment et finit par l’enlever, dévoilant une belle poitrine derrière un soutien-gorge un peu trop serré.

–    Il fait trop chaud, tu veux pas aller te baigner, me demande-t-elle.

–    D’accord, si tu veux, mais on y va tout nus.

–    Si ça peut te convaincre.

Sur ces mots, elle dégrafe son soutien-gorge et enlève son pantalon ainsi que sa petite culotte. Je fais de même et nous allons dans l’eau. La rivière n’étant pas très profonde, nous marchons un peu jusqu’à trouver une sorte de bassin où l’eau nous arrive quand même à la poitrine.

Nous jouons un peu dans l’eau mais rapidement, elle remarque que de la voir totalement nue me fait bander. Ni une ni deux, elle attrape mon engin et commence à me branler. Je l’embrasse tendrement puis l’emmène un peu plus loin, où il n’y a presque pas de fond. Je la couche sur le lit sablonneux de la rivière puis me couche sur elle.

Je descends gentiment ma main jusqu’à son intimité et glisse un doigt dans son vagin humide. Je fais quelques aller-retours en massant son clitoris avant de prendre ma queue et de la pénétrer. Je m’enfonce jusqu’à toucher son col de l’utérus puis commence à faire des va-et-vient. Les sensations de la pénétration mêlées à celles de l’écoulement de l’eau sont incroyables. J’accélère un peu mes mouvements alors qu’elle commence à pousser des gémissements sensuels.

Comme elle commence à avoir mal au dos à cause de l’irrégularité de la rivière, nous changeons de position. Je me couche sur le dos et elle s’assied sur moi. Elle prend mon sexe, le tient bien droit et s’empale dessus d’un coup. Elle fait des mouvements de bassin rapides et ses gémissements ne tardent pas à revenir. Ses respirations deviennent bientôt des cris de plus en plus puissants et je sens que je vais plus pouvoir tenir longtemps.

Quelques secondes après, elle accélère soudainement puis atteint l’orgasme et tout son corps se contracte. En même temps, je lâche tout et éjacule au fond de son antre de plaisir. Nous reprenons notre souffle et elle se couche sur moi avant de m’embrasser langoureusement.

Après avoir soufflé, nous nous relevons et repartons en direction de nos affaires. Nous nous rhabillons et rentrons à la maison.

A la maison, nous prenons une douche ensemble pour nous rincer et Natasha m’offre encore une pipe mémorable sous la douche. J’ai hâte qu’on revive des après-midis comme celui-là.

Related posts

Mon coloc – Chapitre 1

historiesexe

Choupinette et les autres. – Chapitre 1

historiesexe

Au bureau – Chapitre 1

historiesexe

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte .