The Riot club 3ème partie

Nous continuons boire et à manger. A plusieurs reprises je sors faire un tour dehors pour pisser un coup où fumer une cigarette. La serveuse qui avait semblé choquée tout à l’heure garde les yeux baissés lorsqu’elle vient nous servir. Une fois un des gars cherche à lui mettre une main aux fesses (l’alcool aidant les bonnes manières se perdent), elle ne dit rien et se contente de repousser la main inquisitrice.

Puis deux heures plus tard, alors que je suis en train de boire, j’entends plusieurs des gars siffler. je me retourne alors et ai la surprise de voir revenir le patron du restaurant une nouvelle fois accompagné. La surprise est d’autant plus grande, que c’est Emma qui se trouve à ses côtés. Elle est magnifique, portant une petite robe blanche qui descend juste en haut des cuisses, derrière la robe dévoile un dos nu qui ne fait que mieux montrer l’absence de soutien gorge. De toute façon le décolleté visible devant et qui met en valeur ses seins qui eux sont cachés par la robe qui remonte pour faire le tour de son cou, ne pourrait pas le cacher non plus. Je n’ai pas l’habitude de la voir habillé si sexy et ce ne serait pas pour me déplaire si elle n’avait pas débarqué à l’impromptu dans une soirée où elle n’est pas la bienvenue.

Le patron du restaurant tout en la regardant de haut en bas sans vergogne, déclare :

-Il me semblait vous avoir dit que je ne voulais pas que mes clients puisse jaser, la première ne vous a pas satisfaits ?

Emma regarde vers moi manifestement courroucée, mais je peux aussi voir de la surprise et surtout de la gêne dans ses yeux. Je ne peux alors m’empêcher de lui demander :

-Pourquoi tu es là, je t’avais dit que c’était une soirée pour les membres du club ?

Elle me répond avec énervement :

-Mais c’est toi qui m’a dit de venir, tu m’as envoyé un message tout à l’heure. Et puis si je comprends bien je ne suis pas la première fille à venir ici ce soir.

Pendant ce temps là le patron du restaurant comprenant qu’il a gaffé s’éclipse en s’excusant, mais il ne lâche pas Emma des yeux.

-Je ne t’ai jamais envoyé de message et cette fille ce n’était pas pour moi. Mais tout en disant cela je réalise que mon portable est resté sur la table à chaque fois que je suis sorti dehors et que n’importe qui a pu s’en servir pour envoyer un message.

C’est alors qu’Allistair déclare :

-C’est simple, nous n’avons qu’à vérifier s’il y a bien eu message. Cela expliquera ou pas la présence de cette charmante personne. Mais il me semble que le règlement du club interdit la présence des petites amies, non ?

C’est tout de suite plus clair dans ma tête, c’est une vengeance de sa part, je suis sûr que c’est lui qui a envoyé le message. Je regarde mon portable et peux y voir le message suivant : « J’ai trop envie de te voir ma chérie, finalement, les filles sont conviées, rejoins nous au restaurant, habille toi le plus sexy possible, j’ai envie que tu rendes jaloux tous les membres du club et qui sait peut être que nous réussirons à nous éclipser pour aller baiser, histoire de les rendre jaloux jusqu’au bout, j’ai trop envie de toi en ce moment.

Les autres membres du club acquiesce alors tous aux paroles d’Allistair, je suis bel et bien piégé et Emma encore plus.

Mais Allistair donne alors le coup de grâce en se tournant vers moi:

-A moins que tu n’ait eu envie de remplacer la pute de tout à l’heure et ait décidé d’en faire venir une autre.

Emma très énervé se tourne alors vers lui et lui déclare :

-Manifestement il y a eu méprise, je vais donc partir. Puis vers moi avec un regard très froid. On en reparlera.

Mais alors qu’elle se dirige vers la porte, Giorgios l’interpelle et lui dit :

-Si tu reste et fait tout ce qu’on te demande je te paie 50 000 livres immédiatement. Cela correspond à tous les frais d’inscription que tu auras à payer pour tes prochaines années d’études, si tu le veux je te fais le virement par téléphone tout de suite. Puis en se tournant vers moi. Désolé, mais tu nous as bien dit qu’une copine de fac, ce n’est pas pour toute la vie.

Plus personne ne dit mot dans la salle. Je suis abasourdi, la situation m’échappe complètement et avec l’alcool que j’ai bu, j’ai du mal à réfléchir. C’est une somme énorme pour Emma, je sais qu’avec, elle serait à l’abri et serait certaine de pouvoir continuer ses études, ce qui ne l’est pas pour le moment. Si seulement je pouvais l’aider à se financer, la question ne se poserait pas, mais de toute façon, elle serait sans doute trop fier pour l’accepter.

Pour autant je n’ai pas envie qu’elle se prostitue, même si c’est pour une soirée. Même si au plus profond de moi, je dois bien m’avouer que je ressens un peu d’excitation, mélangé à une forte jalousie, à l’idée de la voir avec d’autres hommes.

Toutes ces pensées se mélangent dans ma tête, c’est pourquoi lorsqu’elle me demande d’une voix calme :

-Tu ne dis rien ?

Je lui réponds :

-C’est à toi de voir, c’est une somme qui te mettrait à l’abri du besoin, je ne peux pas décider à ta place.

C’est lorsque je vois son ton changer que je comprends que j’ai fait une erreur :

— Tu vois jusqu’à ce que tu me répondes, je n’avais pas du tout envisagé de donner suite à la proposition de tes « amis ». Mais puisque tu estimes que tu n’es pas attaché à moi plus que ça et que tu es prêt à te résigner à l’idée de me voir faire la pute et bien je crois que je vais te donner satisfaction et sache que tes amis vont en avoir pour leur argent.

-Non attends ce n’est pas ce que je voulais te dire… Mais elle ne m’écoute déjà plus alors que tout les membres du club l’entoure en applaudissant et en sifflant.

Pendant qu’elle donne son numéro de compte à Giorgios, Allistair lui passe le bras autour de l’épaule et l’invite alors à s’asseoir à table pour boire une coupe de champagne. Alors que tout le monde se rassoit, je n’ai plus qu’à faire de même.

Je peux observer de loin ce qui se passe. Allistair et Giorgios semblent avoir compris la leçon prodigué par Effie tout à l’heure, ils font la présentation dans les formes de tout les membres du club, tout en l’invitant à participer au repas, ils se sont installés chacun d’un côté d’elle.

Emma me regarde régulièrement avec un air de défi. Mais à un moment son attitude change. Elle semble gênée. Je m’aperçois qu’Allistair n’a plus qu’une main sur la table. Cela dure quelques minutes, Emma semble de plus en plus troublée. Je me doute de ce qu’il est en train de faire, mais je dois en avoir le cur net. Je fais tomber mon couteau et me baisse pour le ramasser.

Je peux alors voir qu’Allistair a mis sa main entre les cuisses d’Emma, celle-ci les garde serrée, malgré son air bravache de tout à l’heure, elle n’est pas à l’aise avec l’idée de se faire tripoter par un autre que moi.

Au moment où je me rassois et alors que j’allais intervenir, Allistair intervient en demandant à Emma de faire un discours debout à l’assemblée. Ne comprenant pas où il veut en venir, je me ravise et laisse faire. C’est au moment où elle se lève que je comprends.

La main de Giorgios est aussi passée sous la table et lorsqu’elle se redresse, je peux voir distinctement la culotte en dentelle qu’ils sont en train de faire descendre. Plus personne ne dit rien, Emma est prête à se rasseoir, mais Allistair lui dit :

-N’oublie pas ton discours

Emma manifestement très gênée, mais aussi un petit peu troublée, se tourne vers lui, puis vers moi avant de dévisager le reste de l’assemblée. Elle cherche ses mots pendant un moment, puis finit par dire :

-Je suis ravi de la méprise de ce soir, qui m’a permis de rencontrer des membres de la société aussi estimables que vous tous qui êtes ici réunis…

Alors qu’elle parle, nous pouvons tous voir la main d’Allistair qui remonte le long de ses jambes jusqu’à atteindre ses fesses, il cherche manifestement à déstabiliser Emma qui de son côté se met à rougir, mais ne réagit pas, continuant un discours plein de double sens.

-… il est toujours plaisant de voir autant de loyauté au sein d’un groupe d’amis. Je ne comprenais pas pourquoi David voulait vous rejoindre. Mais aujourd’hui, je comprends mieux ce que c’est de vouloir devenir l’élite de la nation.

Pendant ce temps, la main d’Allistair continue à lui caresser les fesses. De son côté Giorgios n’est pas en reste, il lui caresse la cuisse et fait remonter sa main au niveau de son minou.

De plus en plus gênée, Emma se rassoit d’un coup, mais la main d’Allistair semble être restée sous son derrière. La main de Giorgios disparaît elle aussi tout de suite sous la table.

Leurs caresses doivent être intense, car je vois des marques du plaisir que je connais bien apparaître sur le visage d’Emma.

Je suis fou de rage de penser que d’autres hommes que moi puisse la toucher, d’autant plus que je sais qu’Allistair fait ça pour m’humilier aux yeux des autres membres du club. Mais en même temps j’ai la plus formidable érection de mon existence, en observant la montée du plaisir sur son visage.

A un moment Emma a un sursaut et se tourne vers Allistair en lui murmurant quelque chose.

Celui-ci se tourne alors vers Giorgios et lui dit tout fort de façon à ce que tout le monde entende :

-Dis moi, le contrat que tu as passé avec elle, c’était bien 50 000 contre le fait de faire tout ce qu’on lui demande cette nuit, car là mademoiselle semble gênée par le fait que mon doigt aille à un endroit inhabituel. Puis en se tournant vers moi :

— Tu n’y as pas droit d’habitude quel dommage ! Ne t’en fais pas je vais la préparer avec un maximum de dextérité.

Emma mortifié ne dit plus rien, mais les caresses continuant, je peux voir que sa respiration s’accélère. A un moment mon voisin de table se lève en disant :

-Elle m’excite trop, je dois y aller.

Il se dirige alors derrière sa chaise et glisse ses mains dans sa robe pour lui caresser les seins. Emma ne réagit pas, elle se contente de fermer les yeux, peut-être afin de ne pas voir tous les regards tournés vers elle. Puis petit à petit, des petits cris commencent à sortir de sa bouche. Manifestement les trois hommes ne sont pas manchots de leurs mains. Il n’y a plus un bruit dans la salle, nous n’entendons plus que les gémissements de moins en moins étouffé qui sortent de sa gorge. Emma penche la tête en arrière, son corps se raidit de plus en plus. Je peux voir qu’elle est sur le point de jouir. Puis d’un coup, elle se contracte en poussant un énorme hurlement qui dure pendant plusieurs secondes. Enfin elle finit par rouvrir les yeux, je peux voir de la honte dans son regard, mais également la satisfaction de la jouissance.

Allistair se lève alors en disant qu’il doit aller se laver les doigts, mais que nous pouvons réfléchir à la suite des réjouissances en attendant.

Related posts

Aventures épiques et galantes d'une déesse sur terre – Chapitre 1

historiesexe

Giséle à temps perdu – Chapitre 1

historiesexe

C'est avec ma tante Eva que l'inceste n'est plus un problème pour moi – Chapitre 14

historiesexe

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte .