Histoires de sexe en groupe Histoires de sexe lesbiennes

du paradis a l'enfer – Chapitre 1




Cette histoire est arrivée il y a quelques années. Jétais commercial dans une boite de second uvre du bâtiment, marié, 2 enfants, une vie rangée en quelque sorte, sauf peut-être cette habitude daller me faire sucer par des prostitués à loccasion dévènements positifs pour moi, une belle vente ou une promotion par exemple. Rien de compulsif mais une agréable récréation.

Hé oui javoue. Jaime particulièrement me faire sucer, et ,avec des pros, je nai pas limpression de tromper ma femme. Javais ainsi trouvé une sorte déquilibre.

Bref.

Jhabitais dans le sud de la France, et je connaissais quelques petites routes bien fréquentées. Ce Vendredi, je venais juste de recevoir ma nouvelle voiture de fonction, et quoi de plus naturel que de fêter ça ? Donc je pris la direction un petit coin sympa. Il faisait chaud et beau, on entendait les cigales..

Apres avoir fait un allez et retour rapide sur cette route, jai repéré quelques demoiselles, toute jolies et court vêtue, qui ferai très bien mon affaire en cette fin daprès-midi. Je marrête donc derrière une voiture, la fille est penchée à la portière, surement en train de détailler ses prestations. Elle porte un mini short et des bottes façon cuissardes et un petit haut en jeans. De là ou je suis, il faut avouer que sa silhouette est superbe, et je sens monter en moi cette excitation bien particulière, prélude à chacune de mes rencontres.

Voilà elle se relève, laffaire ne sest pas conclue. Petit coup dil dans le rétroviseur, javance la voiture tout en baissant la vitre passager.

« Bonjour, cest 50 euros la..

Et là ,le choc mutuel. A la même seconde, nous venons de nous reconnaitre.

Adeline, une amie de ma fille, penchée à ma portière, une poitrine à moitié offerte soutenue par un soutien-gorge rouge. Adeline qui doit avoir 20 ans, comme ma fille, et que je connais depuis des années. Vous dire exactement tout ce qui me passe par la tête à cette seconde est impossible. Un mélange dexcitation je lavoue, de gêne aussi, de curiosité, de surprise bien sûr. Cest un choc dans ma tête, tout se bouscule. Un vrai bordel.

« Bonjour Monsieur Martin.

Voilà, la messe est dite. Trop tard pour reculer. Je suis grillé, mais grillé pour grillé.

« Monte !

Cest moi qui ai dit ça ? je ne réfléchit plus, je suis en mode reflexe.

Et la comme dans un film, la portière qui souvre, ma passagère qui sassoit, ses cuisses découvertes entre le short et les cuissardes. Nos regards qui se fuient .

« Prenez le petit chemin à droite là.

« la cest bien garez-vous.

Sa voix est fluette, timide, gênée. On sent à la fois ce malaise, et une force de caractère qui loblige à faire face à cette situation inattendue. Cest elle qui décide, qui mène le jeu.

« Bon, la situation est un peu glauque, mais on est chacun là pour quelque choses non ? dit-elle avec un ton agressif.

Elle sest tournée vers moi. 20 ans, brune, assez grande, ses seins qui semblent vouloir séchapper de ce petit haut, bien ronds, opulent. Un visage fin, des lèvres ourlées juste comme il faut, luisante de gloss. Deux yeux titrant sur les gris, provocateurs, fiers.

Elle est là, offerte contre un billet de 50, et moi qui commence à reprendre mes esprits. Mon trouble se transformant en quelque chose de plus excitant, vicieux, comme si mes plus bas instincts remontaient soudainement à la surface. Vous savez ces moments ou Monsieur HYDE remplace le docteur JECKIL.

« tu as raisontiens tes 50, mais tenlève ton haut. Léchange est froid, mécanique, une bête transaction commerciale, sans chaleur. Laccord est tacite, non exprimé. Nos silences respectifs sur cet épisode contre une neutralité mutuelle. Je paye, tu suces on oublie.

Sans un mot elle fait glisser son haut, enlève son soutient gorge, dont elle na pas besoin franchement. Moi je recule mon siège, jouvre mon pantalon, le baisse, ainsi que mon caleçon. Elle ne dit pas un mot et se penche, écrasant ses seins contre ma cuisse.

Jai fermé les yeux, les images se bousculent dans ma tête. Elle, au 18 ans de Virginie, si sage, si comme il faut. Les différentes femmes qui mont sucées, enfin celle dont je veux bien me rappeler, puis son souffle sur mon gland à moitié dur, et la douceur de sa langue, la chaleur de sa bouche.

Plus rien nexiste à ce moment que cette chaleur, que ma main qui se pose sur son dos, la souplesse de sa peau, sa douceur. Puis, petit à petit, la réalité qui refait surface. Sa bouche qui monte et descend sur ma queue qui se dresse maintenant bien raide. Ma main qui remonte sur sa nuque.

« oui va y pompe moi bien, hummm taime ça hein ? Jimpose le rythme, plus lent, jai juste envie que ça dure.

Sa petite main caresse mes couilles, une vraie pro. Depuis combien de temps avalent elle des bites comme ça? Pourquoi le fait-elle ? Ma main file sur ses seins, que je commence à malaxer. Elle grogne un peu, ses tétons sont durs. La situation lexcite ou cest juste une réponse physique à ma caresse ?

Et puis merde après tout je suis venu me faire vider les couilles. Jaccélère le rythme, ma main se crispe sur son sein. Je sens ce divin picotement, dans un éclair je prends conscience quon a même pas mis de capote trop tard. Ma semence monte, éclate, jappuis sur sa tête poussant un grognement animal. Les jets se succèdent dans une éjaculation particulièrement abondante. Je sens la contraction de sa gorge quand elle avale, ses lèvres bien serrées sur ma tige, sa langue qui se promène sur mon gland hyper sensible. Les secondes sécoulent, le temps se calme, elle dégluti une dernière fois, et se relève.

Et la, en une demi-seconde, son visage perd toute expression, se fige. Le sang semble refluer de ses joues, ses lèvres sentrouvrent. Son regard se perd au dehors. Je tourne la tête dans la même direction. A quelques mètres, une autre fille descend dune camionnette, petite jupe écossaise, des grandes chaussettes beiges qui montent à moitié cuisse, un caraco en coton blanc quelle reboutonne. Blonde, jolie comme un cur. Je vous présente ma fille Virginie.

Related posts

Fanfan, Miss infirmière – Chapitre 3

historiesexe

club – Chapitre 2

historiesexe

Mes petites voisines s'éclatent – Chapitre 2

historiesexe

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte .