Javais à lépoque 30 ans ma sur de 11 ans ma cadette en avait 19.

Jétais marié depuis 5 ans et elle fréquentait depuis quelque mois, un garçon un petit peu plus vieux quelle de 3 ans.

Un après midi elle mappelle ils venaient de se séparer pour une sombre histoire quelle ne voulut pas mexpliquer.

Une heure plus tard je la trouve en pleurs sur son divan. Je massis à coté delle la prends dans mes bras pour la consoler. Elle pleure sur mon épaule, machinalement je lui caresse le dos , ses seins quelle à superbe et gros contre ma poitrine.

Je ne pense à rien si ce nest à la consoler, au bout dun moment elle se calme mais reste contre moi.

« Tu veux que je te fasse un café, ça te fera du bien ou une tisane. »

« non reste la je suis bien avec toi. »

Elle me fait un bisous sur la joue.

« je taime grand frère »

« moi aussi ma puce »

Elle remet sa tête au creux de mon épaule et me fait un bisou dans le cou.

Je lui caresse le dos, elle a un frisson et se blottit encore plus contre moi, écrase sa poitrine contre la mienne.

Je sens sa chaleur, son parfum de femme. Je sens son trouble elle me caresse la poitrine dune main lève sa tête vers moi et membrasse sur la bouche, jai les lèvres fermées mais sa langue force le passage.

Elle membrasse goulûment. Se lève de mes genoux me tend la main et me dit tendrement viens. Je la suis jusqu’à sa chambre elle dégrafe sa jupe qui tombe au sol, enlève son tee-shirt elle est la devant moi en culotte blanche et torse nu, ses seins magnifique au tétons érigés. Elle est belle.

Elle commence à déboutonner ma chemise avec des petits bisous sur mon torse et arrive à mon pantalon quelle dégrafe aussi, il tombe à mes pieds.

Je suis tétanisé, ne pouvant ni faire ni dire quoi que ce soit. La voilà à genoux, baisse mon slip

Regarde mon sexe qui est bandé à mort.

« grand frère tu as la plus grosse bite que je nai jamais vue » la prend dans sa main et le porte à sa bouche pour lavaler entièrement. Elle a du mal à ouvrir aussi grand la bouche mais parvient à me sucer.

« non Nani il faut pas, tu es ma sur »

« il y a si longtemps que jen ai envie que jen ai rien à faire, jaurai tant aimé que ce soit toi qui me dépucelle mais tu vas en dépuceler un, celui la je te lai gardé. Elle se lève fait glisser sa culotte se couche sur le lit les jambes écartées et me dit.

« viens me faire lamour mon chérie ».

Au diable les convenances, je vais entre ses jambes et plonge ma tête vers son petit abricot ou seule une petite toison fine ourle les lèvres. Je la déguste elle sent bon la femme en chaleur, elle mouille et coule comme un fontaine, jintroduis un doigt en elle mon dieu quelle est serrée cest incroyable comme cest serré. Cela me donne plus dardeur pour lui manger encore plus sa fente et son clitoris. Avec sa mouille et mon doigt je lui titille lanus elle gémit et souvre, il entre en entier.

« oui je suis toute à toi viens me prendre avec ton gros chibre mon amour, viens vite en moi »

ses paroles et lenvie de ma sur, je remonte sur son ventre. Avec ma main je dirige mon gland et pousse un peu à lintérieur, elle gémit, ça a du mal à entrer je pousse et bute sur quelque chose. Alors elle noue ses longues jambes autour de ma taille et force dun seul coup. Je sens se déchirer quelque chose sous mon gland. Elle a poussé un petit cri de douleur mais ne bouge plus.

« tu étais vierge tu mas menti et tu viens de te dépuceler avec mon chibre »

« oui mon amour, je voulais que ce soit toi le premier et jai tout arrangé pour cet après midi, je ne sors avec personnes tu sais et je te réservais mon pucelage depuis mes 16 ans, je suis heureuse mais il est si gros en moi, fais moi jouir maintenant après tu dépucelleras lautre, je veux vivre avec toi mon amour et que tu me baises tout les jours »

Jallais en elle lentement, de tous mes 25 cm et 5 cm dépaisseur, elle avait déjà joui plusieurs fois quand elle se mit en levrette, écarta ses fesses au maximum de ses deux mains et me dit. « fais moi exploser la rondelle mon amour »

jentrais en elle lentement, jusquau fond et la limais tout en lui branlant le clitoris.

Nous avons joui ensemble et jai déversé dans son cul des vagues de sperme comme je ne lavais jamais fait avent.

Nous avons fait lamour tout laprès midi et une bonne partie de la soirée, dans toutes les positions possible, vers 20 h ma femme a appelé et je lui ai dit jarrive ma chérie mais Nad est avec moi je texpliquerais.

Dans la voiture, elle me dit je taime je voudrais rester avec toi toujours, elle a à un moment sorti mon sexe et m’a branlé puis m’a sucé, jai du marrêter en bord de route pour lui éjaculer au fond de la gorge.

A 22 h nous sommes arrivés chez moi, je lui ai dit laisse moi expliquer à Fran, tout va aller tu vas voir elle taime aussi.

En effet mon épouse est bi et m’a souvent parlé du fantasme quelle à ce que lon soit tous les trois avec ma sur à faire lamour.

Jexpliquais la situation à ma femme, elle fut heureuse de ce que je lui dit et lui demandais si ça ne la gênerait pas que ma sur habite avec nous. « tu es fou, bien sur que non à une condition il va falloir changer le lit et en prendre un plus grand mais ce soir cest moi qui couche avec ta sur, tu peux nous baiser, jaimerais te voir la prendre par le cul pendant que je lui mange la chatte si tu veux mais je veux lavoir pour seule moi en premier »

Bien entendu ma sur était au ange. Jai aujourdhui 55 ans, ma sur vie toujours avec nous, elle a fini ses études de pharmacie et tient la pharmacie du village depuis 10 ans. Elle a une fille de 15 ans qui nest pas de moi je vous rassure mais le fruit dune insémination car de part son métier elle en a eu la facilité. Nous vivons heureux.

Je vous raconterais lhistoire de ma nièce, si celle ci vous plait.

Related posts

Loin de la ville – Chapitre 1

historiesexe

Sacrée soirée – Chapitre 2

historiesexe

Ce n'était qu'une simple soirée – Chapitre 12

historiesexe

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte .