Histoires de sexe noir Histoires gays Histoires porno

une fois de plus tu as perdu ton pari – Chapitre 1




Quelle idiote, tu peux être.

Parier avec ton Maître.

Ces deux mots dans la même phrase sont tout simplement incompatibles, tu le sais, il le sait, mais tu aimes jouer, le défier, te prouver que tu peux lui résister, que tu contrôles encore la situation. Une fois de plus il a gagné. une fois de plus tu vas payer. Son imagination te semble sans limite. Il pourrait au moins reproduire ses gages. Mais non. c’est toujours différent, surprenant, inquiétant et excitant à la fois.

" Je t’emmène faire un tour au sauna". voilà ces seuls mots. Ne pas poser de questions. c’est la règle.

Tu te retrouves face à lui dans les vestiaires, communs bien évidemment dans ce genre d’endroit. il faut chaud. tu t’es habillée légèrement. tu cherches encore à le provoquer.

tu fais glisser les fines bretelles de ta robes noire moulante, le long de tes épaules. tu prends ton temps. le tissu s’accroche à la pointe de tes seins déjà durcis. Il se déshabille au même rythme que toi. tu plonges ton regard bleu azur dans ses yeux. mais soutenir le regard de son Maître est un défi que tu n’oses même pas envisager. Il lit en toi à livre ouvert. il sait déjà que tu mouilles. il le voit au léger frisson qui parcours ton corps.

tu tires sur le tissu. Ta petite poitrine se dresse fièrement. il ne te reste que ton mini string blanc de satin qui épouse parfaitement les lèvres de ton intimité. Allez savoir pourquoi, tu deviens pudique en cet instant et tu te retournes. Tu fais glisser les deux élastiques le long de tes hanches, puis de tes jambes. Ta peau n’a as encore eu le temps de prendre le soleil. elle est laiteuse. cette peau ferme et lisse que possède encore les femmes de moins de 30 ans.

Il est a là. derrière toi. il se colle à toi. son érection entre tes fesses. il colle ses lèvres à ton oreilles. il pose une main sur ton sein gauche. il en pince le téton avec cet art de la caresse violente et douce à la fois qui le caractérise. cette caresse t’électrise, ton sexe en devient humide, dégoulinant. Ne pas pouvoir maîtriser les réactions de ton corps, cela t’agace au plus haut point. il ne vérifie même pas. Car il sait, et ne il ne voudrait en plus te donner la satisfaction d’une caresse plus intime.

" A partir de maintenant, tu fais tout ce que je te demande, sans rechigner, sans dire un mot. tu voulais jouer, et bien on va jouer. voici ton gage: donner du plaisir sans en recevoir….suis-moi ma petite soumise adorée"……

Nous rentrons dans la pièce principale simplement vêtu d’une serviette blanche. tu as fixé la tienne autour de ta poitrine mais elle est trop petite pour venir couvrir complètement tes fesses. On devine la naissance de ton intimé à chacun de tes mouvements.

le cadre est chaleureux, la lumière tamisée. A cette heure de la journée il y a peu de monde. surtout des hommes comme souvent dans ce genre d’endroit. Au centre de la première pièce est disposé un grand jacuzzi. nous nous avançons, tu hésites. fébrile. tu sens ma main posée sur tes fesses t’invitant à poursuivre.

4 hommes se prélassent dans le bain bouillonnant. ils n’ont d’ yeux que pour toi. Le regard lubrique, sauvage. Trop malsain à mon goût, nous passons notre chemin..Nous nous dirigeons vers le Hammam. la brume nous enveloppe dans un premier temps. difficile de distinguer quoi que ce soit.

La chaleur humide fait son oeuvre. ton corps ruisselle rapidement de cette vapeur d’eau. tes cheveux brun te collent aux visage. Deux hommes face à nous. les yeux mi-clos. ils portent encore leur serviette autour de la taille. "bonjour" de courtoisie, L’observation commence.

Ils ont la quarantaine. l’un est bien bâti. le torse imberbe, la peau mate. un corps entretenu en salle de fitness. le visage carré. le regard vif mais non agressif. Le second est plus petit, torse velu, plus bedonnant, mais un certain charisme se dégage de lui. il assume son physique. Voilà 2 hommes de choix, parfait pour ton gage.

"bonjour Messieurs. Autorisez-vous Mademoiselle à venir s’installer entre vous". tu me jettes un regard interrogateur et plein d’angoisse à la fois. Ton sens de la provocation vient de rejoindre le fond de tes tripes.Tu vas pour ouvrir la bouche. Je lève un doigt en direction de ta bouche. Tu te ravises. Silence.

" Mais avec plaisir" répond le plus costaud. Ils s’écartent alors, et d’un geste commun, ils tapotent du plat de la main la banquette. Dernier regard de ta part. tu es vaincu, tu avances tout en resserrant les liens de ta serviette. tu prends position entre les 2 hommes. Tu croisent les jambes, mains sur les cuisses. dernière protection pour accéder à tes trésors cachés. Ils restent sage à tes côtés

Je m’installe face à vous. je me mets à mon aise. Vous observe puis me décide.

" Messieurs, cette charmante demoiselle, que nous appellerons Emma, a perdu un pari. Elle se doit par conséquent de respecter un gage que j’ai intitulé: donner du plaisir sans en recevoir….accepteriez-vous de participer à ce gage, vous ne devriez pas le regretter. Mais attention il y a des règles à respecter. si l’un de vous ne les respecte pas, tout s’arrête….alors….."

Silence mais approbation de la tête.

" cette jeune soumise m’est entièrement dévouée. Elle fera tout ce que je lui demande pour votre plus grand plaisir"

" de votre côté, interdiction formelle de la toucher. Au moindre geste déplacé tout s’arrête"

"est-ce bien clair"

l’atmosphère humide et lourde devient alors plus pesante.

les rythmes cardiaques s’accélèrent, les respirations se font plus courtes. Le désir naissant de ces hommes se lit aux formes qui se développent sous le tissu de leur serviette.

"Emma retire le dernier rempart qui protège encore tes trésors, que ces Messieurs puissent au moins te toucher avec les yeux." Moment d’hésitation., mains tremblantes, gestes fébriles. tu détaches le noeud noué à hauteur de ta poitrine. tu ouvres les pans de ta serviette, et la fait glisser au sol. tes petits seins en poire sont déjà dardés de plaisir. tu as gardé cette poitrine d’adolescente, au petites auréoles, mais dont le moindre contact te rend folle.

l’eau ruisselle entre tes seins. ces perles de vapeur glissent le long de ton ventre, contournent le nombril, pour finir leur course au creux de tes cuisses. je m’attarde sur la vision de ce ticket de métro noir profond parfaitement entretenu sur lequel je porte une exigence particulière. Mon regard vaut ordre. tu ouvres les cuisses. vision imprenable sur ton abricot lisse. Il est de couleur rosé,Il recouvre entièrement des petites lèvres. la porte est encore fermée à cette instant mais elle ne serait tarder à s’ouvrir. L’accès à ton clitoris se mérite.

"Pose chacune de tes mains sur les cuisses de ces hommes, puis tu vas remonter lentement, très lentement vers leur sexe". tu texécutes. tes petites mains menues se calent sur les genoux tu poses sur la peau uniquement le bout de tes doigts . tu fais des cercles avec le majeur. tu joues avec leur pilosité. tu remontes de façon imperceptible vers l’intérieur des cuisses. les mains glissent sous les serviettes. tu redescends. les cuisses s’ouvrent. le tissu se tend un peu plus. les doigts remontent à nouveau. les serviettes s’ouvrent puis tombent. Deux sexes en érection surgissent. tu n"oses les regarder. l’un est long et fin identique au mien, l’autre est plus impressionnant, très épais. les bourses se gonflent. les cuisses s’élargissent d’avantage. tu fais le contour de ces virilités. ton regard est suspendu au mien. défi, provocation, désir naissant. je lis à cette flemme qui prend vie dans tes yeux que tu prends un plaisir fou.

"Je constate que vous n’êtes pas insensible aux caresses d Emma. Messieurs désirez-vous la suite"

ne fois de plus tu as perdu

"Tu vas maintenant les caresser et les branler, comme je t’ai appris à le faire. Je veux que tu t"appliques, que ces messieurs constatent combien tu excelles dans cet art. lâche toi, ne te retiens pas….et je m’appliquerai à reproduire sur mon sexe les caresses que tu vas prodiguer à tes partenaires"

Le défi est lancé. tu aimes les défis. j’ai moi-même dénoué ma serviette. Mon sexe bandé vient se plaquer à mon bas ventre. je n’ai plus qu’à suivre tes gestes pour me procurer ce plaisir que tu vas prodiguer aux autres.

Lorsque je t’ai connu, tu n’étais pas spécialement douée en caresse et masturbation. Mais à force de patience, et de longues séances de masturbation tu sais désormais maîtriser la cadence, le rythme, la pression, les temps de pause….tu connais chaque millimètres des parties intimes d’un homme

Tu commences par poser tes mains sur les bourses gonflées. les 2 hommes sont épilés intégralement au niveau de leur sexe. tu préfères. tu n’es pas une adepte des poils.. Tu enveloppes les boules au creux de tes mains, mouvement léger de rotation pour les chauffer un peu. tu resserres ton étreinte, tu relâches. tu tournes à nouveau.

tu glisses ton index sous les bourses. Le doigt glisse, prend cette direction interdite. Tu aimes les interdits. et tu sais surtout que les hommes malgré leur hétérosexualité machiste déplacée adore cette caresse. Je m’applique à faire de même. le plat de la main sur mes testicules, l’index venant caresser ma porte étroite.

Grognement de satisfaction face à moi. L’un des 2 remonte les jambes pour profiter pleinement de l’intrusion. Tu gardes un brin de réserve….pour l’instant. Tu caresses simplement l"anus, tu gères la pression, une fois deux fois, tu pousses….tu t’arrêtes à nouveau….tu retires tes doigts…..tu les portes à ta bouche….ça rendrait fou n’importe quel homme, tu le sais…..tu suces tes doigts, me jette ce regard malicieux, oui tu me rends fou moi aussi.

Tu poses ensuite tes doigts à la base de leur cou. et tu descends…..tu descends…..tu descends……tu évites le sexe par la droite, tu contournes les bourses, et tu plonges à nouveau, le doigt inquisiteur. tu masturbes l’entrée, première phalange uniquement. tu ressors le doigt, tu remontes, tu glisses entre les couilles, tu glisses, tu glisses encore et encore sur les sexes bandés, puis tu remontes, tu remontes et remontes à nouveau pour présenter ton index à leur bouche. Tu es perverse à souhait, comme je te l’ai enseigné, je t’adore…… Ils sont sous le choc, ils n"osent dire non, ils en veulent plus, ils ouvrent la bouche…..qui pourrait te résister…

Tu leurs fais lécher tes doigts. Tu frottes les langues, tu doigtes les bouches, tu caresses les lèvres.

Tes phalanges sont bien humides. tu glisses à nouveau vers leur sexe. tu entoures leur membre juste en dessous du gland.Tu serres légèrement, pose ton pouce sur lextrémité du gland. Tu profites du liquide légèrement gras qui suinte pour en recouvrir les membres rouges, gonflés de sang? les veines palpitent sous la caresse, les sexes gonflent d’avantage.

Tu fais des cercles avec tes pouces. tu caresses avec délicatesse ces extrémités. C’est TA marque de fabrique. Ta spécialité de soumise. Je n’ai jamais connu autre femme pratiquant aussi bien cette caresse uniquement avec le plat de son pouce. chaque recoin est visité. Tu écartes le méat, douleur et plaisir à la fois chez tes partenaires. tu visites les prépuces, supplication de poursuivre. tes mains commencent alors un léger mouvement de bas en haut…..de haut en bas…..à chaque remontée, caresse du pouce sur le gland…..puis de bas en haut……tu presses un peu plus…..les yeux de tes partenaires sont désormais clos…..ils sont vaincus…..sous ton emprise… toi la soumise qui maîtrise si bien le plaisir des hommes.

"Ils m"ont l’air à point chère EVA, tu vas pouvoir désormais leur démontrer à quel point tu es aussi doué avec tes lèvres ….et ….ta bouche"

Moment d’hésitation sur ton visage, sourire de satisfaction sur les leurs……

Tu lèves et viens t agenouiller devant ton partenaire de droite. Tu fais signe à l autre de se rapprocher. Il obtempère sans broncher

Pour la première fois tu te retrouves face à ces 2 sexes avides de plaisir et de caresses., soumis à ta volonté. Tu branles avec douceur le geste est sûr. Tu relèves la tête pour fixer droit dans les yeux. Tu aimes voir le plaisir que tu procurés chez un mâle en rut.

Tu masturbes en cadence ces 2 sexes. Tu penches la tête. Tu frôles le gland à gauche, tu frôles le gland à droite. Ta langue se fait plus précise. Tu lèches la base de ces tiges de chair à tour de rôle. . Tu descends Le sexe plus fin. Tu t y attardes, tu posés tes lèvres sur les bourses, tu aspires, tu gobes, tu emprisonnes.

Tu attends patiemment dans cette position. Je sais que ta langue va se mettre en action. Tes mains ne sont pas en reste. Tu presses le mouvement. Un grognement sauvage sort de la bouche de ton prisonnier consentent. Tu le libères pour mieux attaquer la boule de gauche! Nouveau bruit sourd.

Tu Langues vient nettoyer le surplus de salive pour remonter sur cette barre en érection., contour du gland, lèvres sanguine, ouverture de la bouche et tu absorbes d une traite ce sexe pour le planter au fond de ta gorge…….

Tu plantes ce sexe au fond de ta gorge. Nous avons découvert ensemble la gorge profonde. cette sensation unique où le gland de l’homme se trouve prisonnier à l’entrée de cet orifice. Sensation exquise d’un membre enveloppé sur toute sa longueur, lèvres butant sur le bas ventre, langue titillant le membre. autant de sensations différentes en une seule caresse. Peu de femmes sont capables de prodiguer cette caresse, tu fais partie de celles-là. Et tu en prends un plaisir fou voir démoniaque.

Pas la peine de te forcer, quoique tu raffoles quand je te tiens fermement la tête et que je donne la cadence. Ton sexe s’inonde dans la seconde.

Et comme à ton habitude, tes cuisses s’écartent,, tes grandes lèvres s’ouvrent, ton clitoris gonfle, dégoulinant de ta mouille si parfumée.

Tu restes plantée bien à fond, jusqu’à l"étouffement. tu suffoques. Ton partenaire sert les poings, il aimerait tant prendre ta tête et pousser un peu plus. Mais non il doit respecter les consignes. ne pas te toucher. Tu remontes enfin, et commences le balai incessant le long de ce pieux.

Bouche, langue, lèvre, gland; main, main gland, bouche à nouveau, langue sur le gland, sur le sexe, lèvres sur les boules, main qui glisse qui frotte, qui serre qui relâche, il n’en peu plus il est au bord de l’explosion. tu le libères sans prévenir, il peine à comprendre que tu n’es plus là, frustration terrible, mais que fait elle? et bien elle vient de se jeter sur le sexe de ton voisin mon cher.

Celui-ci est plus épais. Tu ne cherches pas à le mettre à fond. non tu t’attardes sur le gland bloqué à l’entrée de ta bouche, enveloppé de tes lèvres tout en le masturbant d’un geste circulaire, comme les pro diraient certains…..bruit de succion obscène. tu te déchaînes désormais, tu saisies à nouveau le membre de l’autre. tu alternes entre ces deux sexes, caresses, masturbation, fellations, la cadence devient folle, je suis moi même au bord de l’explosion, je t’ai rarement vu dans un tel état….

Tu te redresses, tu empoignes les deux sexes tu les regardes dans les yeux et tu attaques le cent mètre final les masturbant de plus en plus vite, ils se cambrent, ils résistent, se concentrent mais rien ne peut te résister surtout pas le membre d’un homme, et dans un élan commun ils finissent pas jouir dans un râle profond sauvage, arrosant leur torse et tes mains de leur semence. Les souffles sont courts, les corps rougis par l’expulsion du désir….

"Tu sais ce qu’il te reste à faire soumise, ne jamais gâcher la marchandise je te rappelle…." Je n’ai pas joui, mais je reste lucide, elle doit aller au bout de sa soumission, elle me finira ce soir au calme à la maison.

Tu ne réfléchies pas, tu portes tes mains à ta bouche et consciencieusement méthodiquement, tu lapes chaque parcelle de peau. Puis tu te penches sur les corps souillés, tu tends la langue et commence un nettoyage en bonne et due forme, gourmande comme tu sais l être.

Après ce traitement de faveur, tu te redresses, ignorant totalement tes partenaires devenus inutiles, devant leurs regards hagard tu dandines ton petit cul pour venir me rejoindre, tu te poses sur mes genoux, m’enlace, m’embrasse à pleine bouche, plonge des yeux au fond des miens

"Merci Maître…. mais par respect envers votre personne je préfère être honnête avec vous, j’y ai pris beaucoup de plaisir moi qui ne devait qu’en donner….." la petite effrontée, elle ne changera donc jamais……

Related posts

Souvenirs d'un queutard – Chapitre 3

historiesexe

De l'initiation à la finalité – Chapitre 2

historiesexe

Son foutre en apéro – Chapitre 1

historiesexe

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte .