Histoires de sexe en groupe Histoires de sexe travesti Histoires tabous

La fraternité du Sybian – Chapitre 7




La fraternité du Sybian

Chapitre 7

Le lendemain, je me réveillai, après une très mauvaise nuit à demi-rêver à maman et moi, me réveillant évidemment avec une érection du matin.

Dans létat où jétais, pas question daller à la fac.

Je mis un grand t-shirt, puis descendis à la cuisine.

« Papa est parti ?

Oui ! Tu as bien dormi ? Me demanda-t-elle.

Nann ! Jai rêvé de toi en moi toute la nuit en dormant à moitié ! (Levant mon t-shirt pour lui montrer le résultat).

Pfff ! Tu te lèves toujours dans cet état !

Ouais ! Mais là, jai rêvé de toi toute la nuit ! Lui dis-je en la regardant habillée de sa grande robe de chambre.

Tu as des cours aujourdhui ?

Oui, mais jai trop mal dormi, je vais rester ici !

Oh ! Je vois ! Dit-elle, en préparant son lunch.

Moi je men vais au boulot, réparer, les dégâts !

À cause dhier ?

Ouais ! (Levant ses yeux au ciel).

Tauras les vidéos pour prendre soin de toi ! Dit-elle, en passant rapidement à côté de moi

.. Je vais prendre ma douche ! » Ajouta-t-elle, en partant de la cuisine.

Vidéo, douche, une idée subite me vint à lesprit.

Montant un peu derrière elle, je saisis la caméra et le trépied de lautre main, en ressortant de ma chambre, et me dirigeai vers la sienne.

Écoutant à sa porte, jattendis dentendre leau couler, dans la salle de bain adjacente, ainsi que la porte de la douche se refermer.

Entrant silencieusement dans sa chambre, je me dirigeai vers la porte ouverte de la salle de bain, déposant le trépied contre le mur, démarrant la caméra dans mes mains.

Nue dans la grande douche vitrée, maman portait un bonnet sur la tête pour éviter de la mouiller

.

Me tenant quand-même discrètement sur le coté de lentrée, je la filmai en prenant appui sur le cadrage de la porte avec mon bras et la caméra.

À mesure que la température et lhumidité augmentait, les vitres de la douche sembrouillèrent peu à peu, me laissant un joli spectacle un peu flou de son corps.

Son superbe corps, se mouvant sous le pommeau, je la regardais, mouillant son corps sous la chaude pluie.

Se reculant du jet, je la vis alors caresser son corps avec le pain de savon, levant son bras en lavant ses aisselles, puis ses seins, passant méticuleusement le savon dessus en descendant sur son ventre et entre ses cuisses.

Je fus agréablement surpris de la voir si douce et attentionnée envers chaque petite parcelle de son corps.

Javais toujours rêvé de la voir et de la filmer, prenant sa douche comme elle le faisait.

Disons que les évènements de la veille, entre elle et moi, me donnèrent le courage de franchir des frontières jusque là impensables.

.

Fermant leau de la douche, mon cur battait à cent à lheure, réfléchissant à ma position.

Fausse alerte, elle saisit une bouteille en étalant sur ses jambes, ce que je devinais être de la lotion épilatoire ou une crème quelconque.

Je la vis saisir un rasoir et, levant sa jambe sur le petit banc de douche, elle se mit à raser délicatement sa jambe bien tendue, répétant le processus avec lautre, puis sasseyant sur le bout du banc, elle écarta grand les genoux, en rasant son entrejambe et son pubis, les vitres embuées, lempêchant de me voir, elle se rinça de nouveau.

Retirant ma caméra en mappuyant sur le mur de sa chambre, je décidai dattendre quelle sorte de la salle de bain pour rester là à la filmer, sachant bien quelle allait me découvrir.

Lentendant sortir de la douche, mon cur battit rapidement tellement jétais nerveux de lattendre.

Protégé par le mur, ma mère passa alors près de moi, sans remarquer encore ma présence.

Dos à moi, habillée uniquement dun délicat jupon de satin blanc lui arrivant un peu plus haut quà mi-cuisse, elle fouilla son tiroir à la recherche de vêtements.

« Ça va te faire une autre belle vidéo de moi ! Dit-elle, sans même se tourner.

Tu savais que jétais là ?

Oui ! Je tai vu au tout début ! Ce nétait pas difficile, ton bras et ta caméra dans lembrasure de la porte en contrejour de la fenêtre derrière toi ! »

Me tournant pour découvrir quelle disait vrai, surpris de mêtre fait prendre aussi aisément.

Ça ta plus ? Me demanda-t-elle.

Ouais ! Maintenant que tu en parles, je trouvais que ta douche était très sensuelle ! » Dis-je, en pointant de nouveau la caméra vers elle et en avançant.

Maman ne dit rien, sasseyant sur le rebord de son lit en saisissant une grosse bouteille sur sa table de nuit.

Versant une huile hydratante dans sa main, elle commença à en appliquer sur son mollet, sa cheville et son pied, en les massant doucement comme pour la faire pénétrer.

Javais toujours aimé voir une femme faire ça.

Cette façon quelles ont de se toucher, se caresser en semblant apprécier leurs jolis corps.

Approchant delle, caméra devant mon visage, je me mis à genoux en la voyant répéter la même routine sur lautre jambe.

« Ça rend les jambes très douces ! » Me dit-elle, en en versant de nouveau dans la paume de sa main, en le déposant sur ses cuisses, me laissant la filmer de près.

Lodeur douce et délicate de lhuile parvint à mes narines, ajoutant à lexpérience de la filmer dans un moment si intime.

Lhuile sur ses jambes, les rendant lustrées comme le satin de son jupon, je me régalais silencieusement de la voir faire devant moi, approchant la caméra très près de sa peau et des ses mains.

Maman massant ses cuisses doucement, au-dessus du genou, reprit la bouteille en en versant de nouveau une bonne quantité dans sa main en lappliquant encore sur sa cuisse, remontant son court jupon, étendant lhuile des deux mains entre ses cuisses.

Je voyais bien dans lobjectif de la caméra, quil y avait bien plus dhuile que nécessaire, la fine dentelle de son jupon sur le rebord, sen trouvant imbibée.

Les mains de maman parcoururent ses cuisses et ses mollets en les caressant sensuellement devant la caméra, penchant son corps dans le processus en me dévoilant la quasi-totalité de ses seins.

Une ambiance chaude et torride sinstalla peu à peu dans la chambre, faisant monter à mes joues un intense flot de sang chaud.

Je compris, en la voyant faire ainsi, que dêtre filmée semblait lui plaire et lexcitait à la fois.

Bouteille à la main, elle en versa de nouveau, lappliquant sur son cou et son épaule, en redescendant sur son bras, répétant le même manège de lautre coté.

À genoux devant elle, ma mère ne regardait aucunement la caméra, faisant comme si je nétais pas là, caressant son épaule en étendant lhuile de sa main.

Pressant fortement la bouteille, elle en prit une grande quantité, lappliquant sur le haut de sa poitrine, descendant sur son sein tout en repoussant la fine bretelle du jupon sur son épaule, qui tomba sur son bras en dénudant le sein bien lustré.

Ouvrant sa main, maman appliqua sur elle, une bien trop grande quantité dhuile, trempant de plus en plus le délicat jupon et rendant sa peau vraiment brillante.

Me levant de ma place en la filmant, jembarquai, debout dans le lit, en faisant le tour de son corps pendant quelle prenait soin de son deuxième sein, laissant retomber lautre bretelle.

Derrière son dos, au-dessus delle, je la filmais de haut, maman caressant ses seins huilés en les glissant dans ses mains.

Je pouvais bien entendre les bruits de ses doigts et de ses mains, glissant dans labondante quantité les recouvrant.

« Tu vas être en retard ! » Lui dis-je, voyant bien quelle éprouve du plaisir à caresser son corps devant la caméra.

Ma mère ne répondit rien, saisissant la bouteille en versant directement un mince filet sur le dessus de ses jambes, glissant ses mains langoureusement entre ses cuisses.

Redescendant de mon point de vue, je me remis à genoux en filmant entre ses jambes quelle ouvrait de plus en plus, fermant les yeux, en glissant la tranche de ses mains douces contre sa vulve.

Maman semblait commencer à être vraiment excitée, sa respiration augmentant rapidement.

Délaissant son entrejambe, elle leva brièvement les fesses, en retirant complètement son jupon, se retrouvant totalement nue devant moi et la caméra.

Glissant son corps vers larrière, elle sinstalla bien confortablement au centre de son lit douillet encore tout plissé de la nuit, la bouteille toujours en main.

Penchant le contenant au-dessus de son ventre en versant un filet, elle se nappa le nombril, le bas du ventre, le pubis, laissant le filet sécouler quelques secondes sur sa vulve, déposant ensuite la bouteille sur la table.

Elle plaça alors ses mains sur labondante quantité dhuile, en les redescendant entre les lèvres de son sexe, écartant un genou en souvrant complètement, badigeonnant son corps en se caressant, ses doigts glissant facilement entre les lèvres en pénétrant profondément son vagin.

Maman commença à se masturber devant moi !

Les deux bras bien tirés vers ses cuisses, elle pénétra son vagin de deux doigts de chaque main en elle, en un mouvement de va-et-vient, puis en ressortait une régulièrement, pour tourner son majeur en cercles rapides sur le repli de peau, au-dessus de son clitoris.

Lérection que javais dans mon boxer, en la voyant se donner avec plaisir en spectacle, me faisait presque mal.

Je retirai rapidement mon boxer et mon t-shirt, en embarquant debout dans le lit, la filmant se caresser ainsi écartée.

Le son singulier de ses doigts entrant et sortant de son corps enduit dhuile, rendait la scène encore plus sensuelle et érotique.

Son corps entier ondulait de la tête aux pieds, se mouvant comme un serpent, laissant échapper un long et discret souffle plaintif, sous la caresse de ses doigts.

« Aaaaaaaahhhhh ! »

Maman avait beaucoup de plaisir.

Voir son ventre bouger en venant à la rencontre de ses doigts la pénétrant mexcitait comme un fou.

Jaimais vraiment voir ma mère se masturber comme ça et je voyais bien, quelle aussi, appréciait de le faire pour moi et la caméra.

« Aaaaaaaaahhhhh, aaaaaaaaaahhhhhh ! » Gémissait-elle, doucement, en longs souffles profonds.

Elle continua ce direct traitement pendant quelques minutes, alternant pénétration et petits cercles du majeur, se massant un sein de temps à autre, jusquà ce que je visse la vague monter en elle, son cou devenant rouge écarlate, tendu, son bassin se penchant vers le bas pendant quelle sarc-boutait les reins et le centre du dos, la tête bien appuyée dans loreiller quelle tenait maintenant dune main en sagrippant comme elle lavait fait hier.

« AAAaaaaaaAAAaaaaaeuuuuuu, aaaaaaaaaaaaaaaeuhhhhhh.. ! Sonnant maintenant plus comme une truie que lon était en train détriper, la caméra dirigée entre ses cuisses pour bien la voir gicler léjaculat abondant et liquide être expulsé de son corps entre ses doigts, mouillant le lit et mes pieds tout près delle.

.. AAaaAAAAAaaaaaeuuuuuhhh, AAAAAaaaaaaaahhhhhhh ! Entrant et sortant frénétiquement ses doigts de son vagin, la tête sur le côté, complètement enfouie dans loreiller, subissant dimportants spasmes, comme des électrochocs traversant son corps.

.. Hannn, hannnn, hannnn ! » Giclant de nouveau comme une fontaine.

Petit à petit, la vague sestompa en diminuant, reposant son corps contre le matelas en continuant un doux va-et-vient en elle dune main pendant que le majeur de lautre tournait sur la région de son clitoris, déclenchant de petits orgasmes successifs, un liquide sécoulant plus doucement delle, mais toujours en bonne quantité.

Maman essoufflée, tentant de faire entrer autant dair quelle pouvait par ses narines et sa bouche, tourna son corps sur le ventre, en se couchant, allongée de tout son corps.

Me levant rapidement, je saisis le trépied en louvrant et plaçai ma caméra dessus, tout juste sur le côté du lit, grimpant de nouveau sur le lit en prenant la bouteille dhuile.

Nu, jenfourchai le corps de maman, me positionnant à genoux en mappuyant sur ses cuisses.

Déposant de lhuile directement dans le creux, au bas de son dos, je commençai un doux massage sur le haut de ses superbes fesses et de sa fine taille.

« MMMmmm ! Tu es vraiment doué ! »

Je ne sais pas si jétais vraiment doué, mais assis sur ma mère, tous les deux nus, minspirait grandement à la toucher, la caresser en savourant les formes de ses fesses et de son ample bassin, remontant mes mains le long de la peau douce à sa taille.

Ajoutant de nouveau de lhuile sur ses fesses, je pris soin de bien les badigeonner et den étendre sur mes cuisses et mon pénis, favorisant un doux glissement entre nos corps pendant que mes mains montaient et descendaient sur elle.

Maman sentait bien mon bassin, mes cuisses et mon pénis bien logé entre les lobes de son cul.

« Ta peau est tellement douce et chaude, maman ! »

Elle-même, commençait doucement à bouger légèrement son bassin au rythme lent du mien.

Étrangement, ce fut la vue de son dos, de ses muscles, bien ressortis par la position de ses bras au-dessus de sa tête qui mexcitèrent le plus.

« Maman ?

Quoi, Nicolas ? Dit-elle, sans même bouger.

Je, je te trouve tellement belle, je suis fou de toi !

MMmmm… ! Fait-elle, en souriant.

Quest-ce quon fait si » Hésitant à dire le fond de ma pensée.

Maman bougea sous moi en tournant son corps et en me faisant basculer dans son grand lit, menfourchant à son tour, mon pénis se retrouvant emprisonné entre ses fesses et mon ventre, pencha le haut de son corps vers moi.

« Si quoi ? Serais-tu en train de me faire une déclaration damour ?

Bah, oui ? Dis-je, hésitant.

MMmmm ! Ne trouva-t-elle quà dire, visiblement surprise.

Je pense constamment à toi maman ! Jai toujours envie dêtre en ta présence, je rêve à toi !

Mon garçon est tombé en amour avec moi ! Se parlant à voix haute, avalant difficilement.

Oui cest ça, je suis amoureux de toi, maman ! Et follement, en plus !

Tu sais que ça mexcite comme une folle que tu me dises ça ! Commençant à glisser son bassin sur moi, provoquant des clapotis dhuiles entre nos chairs se frottant lune contre lautre.

Tant que ça ?

Nicolas, tes en train de dire à ta maman que tes amoureux delle ! Je ne suis, peut-être pas normale, mais moi, ça mexcite terriblement !

Jaime ça que tu me dises ce qui texcite, maman !

Et moi, je veux que tu me le dises plein pendant que je te fais lamour ! Bougeant de plus en plus en se glissant sur mon pénis, augmentant notre excitation mutuelle.

AAaaah, cest bon ce que tu fais, mon amour ! Lui dis-je.

AAaaahh, Nicolas, jaime ça comme une vraie folle que tu me dises ça ! »

Maman, toujours à genoux, relevant le haut de son corps bien droit au-dessus de mon bassin en bougeant le sien en rotation.

« Maman a vraiment envie de faire lamour avec toi ! Saisissant mes mains en entrelaçant ses doigts dans les miens.

MmMm ! Sentant mon état dexcitation dérailler en lentendant me dire ça.

Tas envie de faire lamour avec moi ? Me demanda-t-elle alors, sentant que nous en arrivions là tous les deux.

Jen crève denvie depuis un bout de temps ! »

Elle prit mes mains en les déposant sur ses seins, fermant ses doigts en me forçant à les palper.

« Caresse-moi les seins, Nicolas ! »

Fermant mes doigts sur sa chair molle et douce, pinçant tendrement ses mamelons dans la foulée.

« Ah oui, cest bon, je raffole, de tes mains sur mes seins, tu peux me les prendre, quand tu veux !

Nimporte quand ?

Aaahhh oui, nimporte quand, ya tellement longtemps aussi, que jen ai envie !

Tu ne rouspèteras pas ?

Non ! Je te le jure ! Prends-moi les seins souvent, maman aime ce faire prendre les seins, ça mexcite tellement ! »

Elle plaça sa main entre ses cuisses en relevant un peu son bassin, puis elle enligna le gland de mon pénis à lentrée de son vagin.

« AAAaahhhh, cest fou ce que je fais là ! Dit-elle sur un ton jouissif, descendant doucement en roulant son bassin, faisant entrer tout doucement mon pénis en elle, jusquà reposer ses fesses contre mon corps, la pénétration étant complète.

.. AAAaaahhh, mon amour ! » Dit-elle, à voix haute, sur un ton vraiment exalté, son bassin ne bougeant même pas, ne faisant que sentir ma présence en elle.

Se penchant vers moi, son visage devant le mien, elle me dit en me caressant le visage de ses mains :

« Tes bien, en moi ? Dans maman ?

Dans mon amour ! Lui dis-je, sachant que ça lexcitait.

Oui, ton amour ! Répète ma maman.

.. Jai vraiment envie de tembrasser ! Me dit-elle, alors.

.. Tu veux bien que maman tembrasse ?

Oh oui !!! »

Déposant sa bouche sur la mienne, je fus surpris par lagréable douceur de ses lèvres et sa façon de glisser ses lèvres contre les miennes.

Jaimai sentir le souffle chaud de ses narines sur ma peau pendant quelle membrassait.

Maman commença alors à bouger son bassin contre mon pénis, en le faisant agréablement glisser en elle et en le ressortant presque, recommençant dans une lente danse de son corps.

« Cest bon ? Moi je trouve ça, vraiment bon ! » Me demanda ma mère.

Javais peine à répondre, tellement je trouvais ça incroyable dêtre en elle et de faire lamour avec ma mère.

Il fallait croire quelle aussi, parce quau même moment, elle me dit :

« Nicolas ! Faut que je tavoue que ça mexcite comme une folle de faire lamour avec mon garçon ! Bougeant son bassin avec une grande amplitude, en sempalant sur mon pénis.

Cest tellement doux, dans ton vagin !

Cest vrai, ça glisse bien, aahhhh, jaime ça, sentir ton membre en moi !

Jaime ça comme un fou, moi aussi, maman ! »

Elle se pencha vers moi, déposant ses lèvres de nouveau sur les miennes, mais cette fois, je sentis sa langue envahir ma bouche en glissant sur ma langue, pénétrer et creuser dans les entrailles de ma bouche pendant un long baiser, se retirant ensuite pour me regarder :

« Tes surpris, hein ? Dit-elle.

.. Regarde ! Maman tire sa langue anormalement longue et effilée devant moi.

Wow ! Ne trouvai-je quà dire en la voyant.

Je suis née comme ça ! Je suis capable de la tirer beaucoup plus loin à lextérieur de ma bouche que la moyenne des gens !

.. Tu veux que je te montre ?

Ouais ! »

Maman plaqua son visage contre moi, sa bouche écrasant la mienne, elle glissa alors la langue sur la mienne en se dirigeant presquà lentrée de ma gorge quelle atteint du bout en léchant la muqueuse sensible, me provoquant presquun haut-le-cur. La repoussant de mes mains :

« Merde, cest débile !!! On dirait quun serpent envahit ma bouche !

Ça te plaît ?

Oui, cest débile, encore, recommence ! » En la suppliant presque, Maman fit alors des miracles.

Sa langue entra doucement en glissant sur la mienne, envahissant lespace, en allant lentement sans sarrêter à lentrée de ma gorge quelle caressait, en le refaisant plusieurs fois avant de se retirer à peine en me regardant :

« AAaaaahh, ouiii, envahis-moi, aaaahhh, encore ! » Complètement excité par ce quelle me faisait.

Ça te plait nest-ce-pas ? De sentir que je rentre presque dans ta gorge ?

Oui, encore, et narrête pas !

Toi, tu vas venir vite si je te fais ça !

Je men fous, fais-le-moi encore ! »

Elle me fit un beau sourire, puis me donna un tout petit baiser sur la bouche.

« Tu me promets de me faire encore lamour ce matin ? Me demanda-t-elle, avant de sattaquer à moi.

Oui, je te le jure !

Daccord ! Mets ta bouche en rond comme mon vagin ! »

Ce furent les derniers mots quelle prononça avant sintroduire en moi, entrant et sortant entre mes lèvres, pendant que jaspirais sa langue comme une huitre dans ma bouche.

Maman me pénétra de sa langue en suivant le même rythme que mon pénis.

Ne pouvant soutenir lidée, que je fisse ça avec ma mère, et elle, augmentant son traitement de langue dans ma bouche, jeus peine à respirer, suffocant presque, provoquant en moi un état dexcitation extrême.

Jéjaculai aussitôt en donnant en elle des coups de bassin que je ne pus retenir.

Maman releva le haut de son corps bien droit en faisant un sprint de son bassin sur mon pénis pour jouir avant quil ne ramollisse, se tenant une main sur mon genou derrière elle et lautre contre ma hanche.

« Hannnn, hannn, hannnnnn Le rythme de sa respiration montant rapidement.

.. Tu, réalises que toi et moi, on baise ensemble ? Semblant employer un ton grivois pour sexciter

.. Tu, baises ta maman ! Aaaaa Aaaaa Aaaaaa, tume baises ! »

Je fus surpris de la voir parler comme ça, elle qui navait jamais toléré le moindre mot déplacé de ma part.

« Baise-moi, encoreee, BAISE-MOI, NICOLAS ! AAAaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa ! Maman lançant des cris intenses, se laissant aller :

.. AAAAAAAAAAAaaaaaaa ! OUI BAISE-MOI, NICOLAS ! BAISE MAMANNNNN BAISE MAMANN, AAAAaaaaaaaaaaa !!!! » Criant presque comme une folle.

Sil y avait quelquun dans les parages, cest certain quils entendaient maman gueuler à tue-tête, la fenêtre de ma chambre étant grande ouverte en cette période estivale.

Son bassin ralentit alors en bougeant sur moi de plus en plus lentement, se laissant retomber à côté de moi en tirant une fine couverture sur elle et moi.

« Excuse-moi, Nicolas !

Texcuser pour quoi ?

Je me suis emportée et, jai dit des mots

Ça ne me dérange pas, au contraire ! Ça mexcitait de te voir déraper en criant ça !

Jai envie que lon reste nus, collés lun sur lautre ! Me dit-elle.

Et ton travail ? »

Maman ne dit rien, approchant sa bouche sur la mienne en membrassant passionnément, me condamnant au silence par son geste.

« Attends, donne-moi une seconde ! » Lui dis-je en me levant rapidement pour fermer la caméra.

Jen profitai pour jeter un bref regard par la fenêtre, un peu inquiet et mal aisé des cris de maman.

Madame Loranger, notre voisine, était appuyée contre la haie tout juste sous la fenêtre et regardait vers moi sans bouger, mayant probablement vu la regarder.

Troublé, je nen soufflai pas mot à maman, question de ne pas briser la magie du moment, regagnant le lit en me blottissant contre son corps chaud et doux.

« Tes toute huileuse !

Oui, je sais ! Tu veux venir prendre une douche avec moi ? Me demanda maman.

Ouais ! Je trouve ça "hot" que tu me demandes ça !

Allez, viens ! » Dit-elle, en sautant du lit.

Yug99

Related posts

2 hommes pour mes 40 ans – Chapitre 1

historiesexe

Sea, sex and sun : Vacances torride – Chapitre 3

historiesexe

L'étalon aiguille (Tome 2) – Chapitre 4

historiesexe

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte .