Histoire de sexe fétiche Histoires de non consentement Histoires de sexe

Unif Sissy Transformation – Chapitre 2




(suite)

Ce soir-là, je rentrais de lunif, me demandant ce que jallais regarder à la TV le soir. Javais à peine refermé la porte de lappartement, que je senti que quelque chose nallait pas. Un parfum inconnu flottait dans lair, et Mike parlait avec quelquun dautre Jallais dans le living.

— Ah Alex, tu es rentré ! Bonjour ta journée sest bien passée ?

Il était en tenue de sport, jogging, T-shirt et basket, assis dans un des canapés. Sur lautre se tenait une blonde, fortement maquillée, vêtue dun top qui dévoilait plus quil ne cachait son opulente poitrine, un mini-short en jeans, et des tennis et mini chaussettes blanches assorties. Canon quoi !

— Heu, b bonjour ! Oui la journée sest bien passée, jai réussi le test en droit commercial

Je parlais, mais tout en linterrogeant du regard sur son « invitée ». Il nallait quand même pas ramener ses conquêtes à la maison ? Il ne lavait jamais fait jusquici ! Et pourquoi cela magaçait autant ?

— Alex, permets-moi de te présenter Kathy ! Cest la capitaine de notre équipe de pom-pom girl !

— Enchantée Alex !

Elle se leva et vint me coller une bise. Je marmonnais un « enchanté » aussi, avant que Mike ne me fit asseoir à côté delle dans le canapé.

— Aaaah, Alex, on est dans la panade. Vraiment. Tu sais que demain cest un des matchs les plus importants de lannée, contre notre plus grand rival. Et notre équipe de pom-pom girl est incomplète

Kathy soupira et hocha de la tête

— Heureusement, dit-elle, les acrobates, les meilleurs seront là, mais une des figurantes, et les deux remplaçantes ne seront pas là ! Une entorse, une grippe, et une privée de match à cause de ses mauvais résultats.

— Oui, et sans la dernière figurante, la figure ne pourra pas être présentée. Non seulement cela va nous pénaliser au niveau des points, mais en plus le moral de léquipe va être en berne sans compter le déshonneur pour lunif quelle guigne !

Un silence triste sinstalla dans la pièce. Je ne savais quoi dire, je compatissais à la tristesse de Mike mais que pouvais-je y faire ?

— Je suis le Capitaine de léquipe, je prendrai la responsabilité de cet échec, jaurais dû prévoir

Mike sen voulait tant ! Je mis ma main sur son épaule, avec un air désolé de circonstance il me regarda, dabord comme pour me remercier puis il sembla réfléchir plus intensément

— Tout est perdu à moins que

— Que ???

Kathy et moi répétèrent le « que » en chur

— Jai une idée complètement dingue loufoque mais Alex, tu es le seul à pouvoir nous sauver !

Je sursautais sur le fauteuil

— Moi ? Mais comment ?

Je me sentais très mal à laise, les poils de ma nuque se hérissant au fur et à mesure que ma transpiration sintensifiait je pensais comprendre où il voulait en venir

— Et bien puisque tu aimes hem porter ce que tu portes et avec ta petite poitrine avec une perruque et un peu de maquillage on pourrait

— Mais tu es fou ? Je ça ne marchera jamais !

Mike eut lair le plus désolé de tous les airs désolés

— Tu as raison, sorry Alex Tu étais le seul à pouvoir me tirer daffaire, me sauver mais je comprends que tu ne veuilles pas, pas de problèmes

Mon cur se déchirait ! Mike était mon seul ami, et depuis ces six mois que je le connaissais ma vie avait changée. Il était le premier ami que javais eu dans toute ma vie, et les autres ne membêtaient plus. On ne se moquait plus de moi, il me protégeait. Et même à lintérieur de moi-même je me sentais mieux. Sans compter tout le plaisir que me donnaient les vidéos quil menvoyait ! Je voulais vraiment laider mais je ne pouvais pas faire ça ! Je le regardais et bredouillais dune petite voix

— Je ce cest pas que je ne veux pas mais je je ny arriverai pas je suis un garçon, pas une pom-pom girl

— Et si jamais jarrivais à te transformer tu essayerais ? Pour me sauver ?

Que voulez-vous que je réponde à ça ??? Je soupirais, ne sachant quoi dire. Mike me donna une de ses formidables tapes sur lépaule.

— Merci Alex ! Tu me sauves, tu es un vrai ami ! Kathy va nous aider, mais tu comprends que pour ça il faut la mettre au courant de ton petit secret ne ten fait pas, elle ne le dira à personne de toute façon, elle na pas intérêt : si on sait quelle a fait figurer un garçon dans son équipe de pom pom, elle nen sera plus capitaine, ni pom pom pour aucune autre équipe !

— Promis je ne dirai rien cest quoi son secret ?

Je soupirais une fois de plus. Tout senchaînait si vite, je perdais pied, je ne contrôlais plus la situation. Mike me prit gentiment par les épaules.

— Il va te montrer, attend cinq minutes, on revient.

Il me mena jusqu’à ma chambre. Là, il choisit un ensemble string rouge en dentelle et soutien-gorge assorti, avec des bas croisés beiges clairs. Puis il sortit. Je restais seul, regardant ces sous-vêtements, sur mon lit. Je soupirais encore une fois, puis me déshabillais entièrement. Jenfilais le soutien dabord, le plus difficile à mettre, puis le string rouge, enfin le premier bas, puis le second. Et je sortis de la chambre dans cet accoutrement. Je mattendais à entendre le rire moqueur de Kathy

Elle siffla dadmiration.

— Putain ! Je mattendais pas du tout à ça !

— Je tavais dit, hein

Elle se leva et vint vers moi. Sa main se posa sur ma hanche, caressa ma fesse ronde, puis remonta sur mon ventre, vers le soutien

— Avec ces hanches-là, ces fesses rondes il est pas très grand non plus ça peut marcher, oui il faudrait juste Mike, passe-moi mon sac sil te plaît.

Javais les jambes qui tremblaient mon secret éventé, pourvu quelle se taise ! Mais en même temps, le fait quune fille ne sesclaffe pas en me voyant, ne se moque pas de moi, mais me trouve pas mal en sous-vêtement féminin, trouve mon corps pas mal, jen étais heureux heureux et excité ! Mike lui lança son sac, elle fouilla dedans.

— Alex, tu veux tasseoir, sil te plaît ? Oui, là, en face de moi.

Elle avait sorti quelques trucs de maquillage. Bon sang, pas ça ! Mais je nosais bouger. Elle prit une boîte en plastique ronde, louvrit, et avec une sort de disque rond appliqua une sorte de poudre sur mes joues. En le faisant, se penchant un peu, elle moffrait une vue plongeant sur son magnifique et bien rempli ! décolleté.

— Tut, tut, tut, on lève les yeux. Ceux-là sont pour les vrais hommes mon gars

Gêné, je relevais les yeux elle en profita pour appliquer avec une sorte de pinceau une autre poudre sur mes paupières. Puis avec un autre ustensile elle passa une sorte de brosse dans mes cils, avant de surligner mes sourcils avec une sorte de crayon. Enfin elle passa un peu de rouge à lèvre sur mes lèvres. Mike arriva avec une perruque blonde. Il la pose sur ma tête, et elle larrangea. Puis ils me regardèrent tous les deux

— Pas mal, hein ! fit Kathy. Et je nai fait quun maquillage sommaire !

Mike restait sans voix. Je me levais et retournais voir dans le miroir

Wouaw !

Mes yeux surlignés et soulignés de noir, la poudre qui gommait les défauts de mon visage pâle, et y mettait quelques couleurs, le rouge à lèvres, assorti aux sous-vêtements, et les cheveux mi longs, blonds et lisses Jétais une jolie fille daccord, poilue et avec de petits seins, mais jolie quand même ! Je me trouvais tellement jolie que je commençais lentement à bander dans le string.

— Wouaw, Alex, cest au-delà de ce que je pensais ! Tu vas vraiment pouvoir maider, merci vieux !

Il me prit dans ses bras, avant de me relâcher, souriant.

-Tu ferais mieux daller dans ta chambre, te vider ! Tu es indécent ! Pendant-ce temps, moi et Kathy on prépare les derniers détails

Le rouge aux joues, je disparus dans ma chambre. Lorsque je revins, habillé en garçon, jétais toujours aussi gêné. Mike nétait plus là. Kathy me regardait en souriant, mais pas un sourire moqueur, ou ironique, mais un sourire complice. Jamais je navais eu ce genre de sourire de ce genre de fille avant, qui me regardaient plutôt avec un certain dédain, voir même parfois dégoût. Cest vous dire si ce sourire me faisait chaud au cur !

Kathy maida à enlever le maquillage mis sur ma figure, puis elle memmena au dehors de lappartement. Nous marchions dans la rue, lorsque josais demander

— Où où allons-nous ?

— Tu vas voir. Ce sera pas la partie la plus drôle pour toi, mais cest nécessaire, sinon tu passeras jamais pour une pom pom. Tu sais on passe toutes régulièrement par-là !

Elle gloussa, la main sur mon bras, tandis que nous nous arrêtâmes devant un institut de beauté. Un institut de beauté ??? Mes poils se hérissèrent encore plus quand elle demanda à la jolie rousse de laccueil un « épilage complet » !

Et cest ainsi que certaines parties de mon visage, mes aisselles, mes bras, mes jambes, les alentours de mon sexe et de mon derrière furent tour à tour couvert de cire, épilés, rasés ce fut assez douloureux Kathy profita des temps de pauses entre les opérations pour mexpliquer, dessins à lappui, la figure à réaliser, quelle serait ma place, la musique, à quel moment marcher, sarrêter, sauter, faire aller les pompons bref, elle mexpliqua toute la chorégraphie pendant que je souffrais le martyre aux mains pourtant expertes des esthéticiennes.

Par contre, après lapplication des produits adéquats, quelle plaisir davoir son corps si lisse, si doux. Je navais jamais vraiment aimé les poils, trouvant cela disgracieux. Voir mon corps (et je dois avouer que dans ma tête je limaginais avec la perruque blonde) si beau mexcita à nouveau je mhabillais donc rapidement, et rejoins Kathy. Elle quitta le magasin sans passer par la caisse devant mon regard éberlué, elle me dit

— Mike a tout réglé, il est tellement content que tu laides, il va pas te faire payer en plus !

Elle me fit un clin dil complice. Je ne réfléchis même pas à savoir quand Mike avait tout réglé, et nous retournâmes à lappartement. Mike nous y attendait. Il avait été cherché un uniforme de pom-pom à ma taille.

— Super Alex. Jai pris du 39 pour les baskets et chaussettes, je pense que cest ta taille. Medium pour le top et la jupe, AA pour le soutif. Tu nous essayes tout ça ?

Je soupirais une nouvelle fois. Puis, tandis quils se retournaient, me déshabillais à nouveau. Je passais dabord la petite culotte blanche, dans une matière très lisse, un peu comme un maillot de bain, et le soutien assorti. Puis jappelais Kathy à la rescousse. Elle maida à mettre la minijupe plissée rouge et blanche, puis le top blanc et bleu. Le top sarrêtait à la moitié du ventre. Mon nombril épilé se voyait bien ! Ensuite les chaussettes blanches et rouges et les baskets blanches striées de bleus. Les pompons avaient aussi les trois couleurs mêlées : blanc, bleu et rouge. Ils me remirent la perruque, je me trouvais si jolie ! Lorsque je bougeais, la minijupe laissait voir le blanc de la culotte, cétait excitant ! Toute la soirée, nous retravaillâmes la chorégraphie, Kathy me montrant comment se servir des pompons, comment se placer, etc.

Je dormis peu cette nuit-là. Tellement de questions me taraudaient la tête et si je tombais ? Et si je perdais la perruque ? Et si quelquun me reconnaissait ? Et si jétais découvert ? Devant tout le stade, quelle honte !!! Dautres questions sinsinuaient aussi en moi pourquoi avais-je tant de plaisir à être déguisé en fille ? A avoir tant de plaisir à être épilé, à goûter mon propre sperme ? Pourquoi étais-je plus excité habillé en fille que je ne létais dans mes habits de garçon ? Pourquoi étais-je si curieux de voir des pénis, den goûter ? Pourquoi mes seins et mon caractère devenaient-ils si sensibles et pourquoi mes hanches et mes fesses prenaient-elles des formes si féminines ? Yavait-il vraiment une fille qui sommeillait en moi et qui séveillait maintenant ???

Le lendemain matin, Kathy vint à lappart pour maider à mhabiller, à fixer la perruque et à me maquiller. Jétais vraiment vraiment jolie ! Mike arriva et siffla, puis me colla la main aux fesses !

— Tu es trop sexy, Alex, comme te résister ?

— Pffff, Mike ne change pas, toujours à draguer tout ce qui bouge, je vois ! fit Kathy, mi-sérieuse.

Nous nous dirigeâmes vers le stade de lunif avec la voiture de Mike. Mon cur tapait si fort dans ma poitrine que javais limpression que tout le monde devait lentendre. A lentrée du stade, nous nous séparâmes, Mike alla vers son vestiaire, nous vers le vestiaire des pom-pom. Les autres filles étaient déjà prêtes, et quelques minutes après nous fîmes notre entrée dans le stade. Mon cur cogna encore deux fois plus fort dans ma poitrine. Le stade était bourré délèves et de professeurs des deux universités, plus des parents, amis, des voisins, des curieux, des amateurs de foot, bref il était plein à craquer.

Ce sont les filles de léquipe visiteuse qui commencèrent leur figure. Pas mal réalisée. Puis ce fut notre tour. Javais une bonne mémoire et avait mémorisé les explications de Kathy. Il est vrai que sans moi la figure naurait pas pu se faire, même si mon rôle se limitait à bouger les pompons tout en suivant les autres filles, en restant bien alignée, pour former des formes géométriques, et en servant deux fois dappui à Kathy et à une autre fille lorsquelle commencèrent leurs acrobaties. Nos acrobaties étaient mieux réalisées que celles de lautre équipe, et lorsque nous terminâmes par le porté final, le stade était debout et nous applaudissait Jétais si heureuse

Hum, heureux pardon. Jétais vraiment heureux davoir aidé Mike. Oui, cest ça qui me rendait joyeux, pas davoir déchiré en tant que fille

Mike, en tenue de foot, vint mettre un terme à mes cogitations internes

— Super Alex ! Tu as été super ! Cest un triomphe ! Maintenant, tu dois juste rester là, sur le côté, et agiter tes pompons à chaque

but quon marque, comme les autres filles. Mais avant, Tu peux aller au vestiaire voire où reste John. Il commence remplaçant, daccord, mais cest pas une raison, je veux quil monte sur le terrain avec le reste de léquipe

Jacquiesçais et me mis en route vers les vestiaires. Je ne croisais évidemment plus personne, tout le monde était monté dans la tribune ou autour du stade pour voir le match. John nétait pas dans les vestiaires. Jallais renoncer à le chercher lorsque jentendis de drôles de son venant de la partie où les kinés travaillent. Je my dirigeais. Ce que je vis me cloua sur place !

John était bien là. En uniforme de foot, sans le casque, et son pantalon et caleçon baissé, montrant ses fesses, noires et musclées. Deux jambes claires entouraient la taille du colosse. Ahanant, il allait et venait, tandis que la fille couchée sur la table de massage semblait prendre son pied aussi. Sa petite culotte était autour dune de ses chevilles, sa jupe troussée laissait voir un sexe joliment épilé, sexe qui mouillait beaucoup en avalant le membre épais et noir qui allait et venait en elle. La main du colosse avait relevé top et soutien et malaxait les seins de tailles moyennes. Cétait hypnotisant comme scène soudain, la fille jouit, et ça ne devait pas être la première fois à voir le mouillé de son sexe, et sa tête parti en arrière Nom de nom ! Cétait Alycia ! Jen laissais tomber mes pompons je voyais pour la première fois de ma vie les seins et le sexe tellement fantasmés de ma sur, au moment où elle se faisait prendre par un colosse noir. Et à voir les traces mouillés autour de son sexe, sans sang, je compris que ce nétait pas sa première fois en plus elle prenait un pied pas possible ! Jétais sous le choc son corps se cabra encore une fois, et le colosse laissa entendre un soupir rauque, ou un feulement, je ne sais tandis quil se vidait en elle !

Soudain, elle tressaillit ! Elle venait de me voir ! Elle souffla « John » et montra ma direction de la tête. Le colosse se retourna et me vit. Lair pas content du tout, il mappela

— Toi, approche !

Tout tremblant, japprochais.

— Et alors, petite voyeuse, on épie les autres ?

Je compris soudain que ni lui ni Alycia ne me reconnaissaient, au vu de mon maquillage et habillement en fille !

John sortit son membre du sexe dAlycia. Quel membre ! Je nen avais jamais vu de si grand, et long ! Le python sorti, le sexe de ma sur béait, luisant, le sperme du colosse le remplissant, en dégoulinant jusque sur ses jambes je ne pouvais détacher mon regard de ce sexe remplis de ce foutre laiteux

— Et alors, tu regardes quoi là ! Et bien tu ne seras pas venue pour rien, puisque quil tintéresse tant, le vagin de ma copine, nettoie le ! Avec ta langue !

Tandis quil souriait, sa grosse et forte main magrippa à la nuque, et me força à magenouiller devant la table de massage. Mon visage entre les jambes dAlycia, qui ne disait rien, étant dans un état de flottement après ses multiples orgasmes. Son sexe béant était à quelques centimètres de mon visage lodeur de leur coït remplissait mes narines, lodeur musquée de son jus à elle, mais surtout, plus forte, plus entêtante, lodeur de son sperme à lui. Le sperme dun mâle, dun vrai. Cette idée mexcitait encore plus que la vision du joli sexe de ma sur. Devant moi, sur le cuir noir de la table de massage, deux petites flaques blanches, deux giclées de son sperme de mâle ma langue sortir presque par elle-même et lapa le sperme. Puis je vis les traînées blanches sur lintérieur des cuisses dAlycia. Ma langue suivi le chemin, léchant lintérieur de ses cuisses, avant darriver au plat de consistance : le sperme abondant qui coulait du sexe de ma sur. Ma langue lapa une grosse partie de cette semence chaude, et je lavalais sans sourciller. Quel goût ! Ma langue repassa sur le sexe de ma sur, pour en prendre encore, encore ! Jétais pris dune espèce de frénésie sexuelle, ma langue fouillant le sexe dAlycia pour laper le plus de sperme que je pouvais ! Elle gémit sous ma langue fouineuse, qui sinsinuait en elle, léchant et lapant, avalant goulûment le sperme abondant. Javais jouis dans ma petite culotte et avais quasi nettoyé tous son sexe (intérieur et extérieur), lorsque je sentis la main de John se poser à nouveau sur ma nuque.

— Noublie pas de le nettoyer lui aussi !

Il amena mon visage près de son sexe, qui luisait du jus dAlycia, mais qui sentait aussi son odeur mâle à lui. Une petite goutte de sperme pendait encore au bout de son gland Même à demi débandé, il était encore impressionnant Je sortis ma langue et timidement lapprochais de son sexe noir. Je lapais la goutte de sperme, avant de lécher le gland. Puis la hampe. Dabord timidement, puis avec de plus en plus de gourmandise.

Soudain un bruit de trompette se fit entendre. Le match commençait ! John me repoussa et se réajusta, puis il embrassa Alycia, qui était descendue de la table de massage.

— A tantôt mon bébé damour !

Puis il se dépêcha de monter sur le terrain, pour aller rejoindre le banc des réservistes. Jétais encore agenouillé, lorsquAlycia me poussa brutalement sur le sol. Mince ! Mavait-elle reconnu ? Couché sur le sol je voulus me relever, mais elle vint sasseoir sur moi, son sexe nu sur mon visage elle se frotta, je la léchais, recueillant les dernière gouttes de ce sperme excellent, de son jus à elle, abondant jusquà ce quelle jouisse, puis elle se leva et me dit dun air mauvais.

— Tapproche plus de mon petit copain. Maintenant tu sais laquelle de nous deux est la plus forte, compris ?

Elle ne mavait pas reconnu ! Elle me voyait comme une rivale ! Ouf ! Tandis quelle quittait les vestiaires, je me redressais. Je sentis le mouillé de mon sperme dans ma petite culotte. Je ne pouvais remonter comme cela ! Je retournais donc à lappart, seul, excité et honteux à la fois.

* *

Cela avait été une totale réussite ! Comme je le pensais, en le culpabilisant, javais réussi à faire en sorte quil accepte de shabiller totalement en femme, et de se laisser maquiller. Et le résultat a été à la hauteur de mes espérances ! Kathy ma vraiment bien aidé, et même si je lui avais demandé de le faire au cas où, elle neut pas à mentir, Alex était vraiment mignon bien habillé, coiffé et maquillé.

Ma seconde surprise avait bien fonctionné aussi, et John avait été meilleur que je pensais. Sans lui dire qui était la personne que je lui envoyais, il lavait fait entrer dans ses ébats le plus naturellement possible. Et pour Alex, voir son ancien fantasme définitivement inatteignable, et plus fantasmé puisque goûté, était une dernière barrière qui tombait. Sans compter le choc de voir sa petite sur se faire bourrer par un colosse. Ni le fait quil avait aimé plus le sexe que du colosse que celui de sa sur.

Comme John me la raconté, javais tout réussi !

En plus mon équipe a gagné le match de foot !

Bref, que du bonheur. Et Il ne restait plus longtemps pour quAlex comprenne qui il était vraiment. Ce vrai lui, ou elle plutôt, qui se ferait accepter partout, désirer, aimer beaucoup mieux que le lui actuel. Et je savais comment y arriver. La dernière ligne droite !

Lorsque je revins à lappart, il était dans sa chambre, un peu penaud. Il ne devait plus trop savoir où il en était ! Je toquais et entrais.

— Merci pour ton aide, vieux ! Tiens, je tai acheté ça, pour te remercier.

— Tu savais pour John et Alycia ?

Je hochais de la tête.

— Je ne savais pas comment te le dire. Tu les as vus ?

Il hochait à son tour de la tête. Puis déballa son cadeau des jarretelles et un corset assorti. Et un set complet de maquillage. Il me regarda, éberlué.

— Je sais ça peut paraître absurde Alex. Mais tu étais sensas en fille ! Tout le stade ta applaudi ! Tous les yeux étaient rivés sur toi ! Des types mont demandé qui tu étais, si javais ton numéro ou si je pouvais te présenter ! Comme je te lavais dit, tout le monde te veux, te désire comme ça !

Il me serra dans ses bras, et me remercia. Il semblait sincèrement ému de ce que je lui avais dit Je sus quil était convaincu quon laimait en fille, quon ne laccepterait que comme ça !

Il passa le reste du weekend enfermé dans sa chambre à visionner des tutoriaux sur Youtube pour apprendre à se maquiller. Le lundi, après les cours, je le retrouvais à lappart. Il semblait mieux, je ne lavais jamais vu en meilleure forme !

— Alex, on ma beaucoup parlé de toi aujourdhui !

— Ah oui ?

Il était curieux.

— Comme je te le disais, tu as fait forte impression au stade. Pleins de gars mont demandé ton numéro !

Il rougit

— Et le weekend prochain on ta invité à la fête pour célébrer notre victoire !

— Cest vrai ? Aaaah cest la deuxième fois de ma vie quon minvite à une fête Mike ! Et cest grâce à toi !

— Mais tu nas pas été à la première tu viendrais à cette seconde ?

— Oh oui, jaimerais essayer, connaître ça une fois dans ma vie et attend cest la jolie blonde quils attendent, pas moi !!!

— Oui, cest la jolie blonde quils attendent. Et cette jolie blonde, cest toi ! Cest pas une autre personne. Cest toi dans ta vraie apparence ! Le papillon sortit de sa chrysalide ! Oseras-tu vivre cette nouvelle vie, ce nouveau toi ?

Il était pensif. Y aller habillé en fille ou pas y aller ???

— Daccord, jaccepte !

Il sourit. Il souriait pas du tout avant. Jétais content de le voir comme ça.

— On se regarde le nouveau film de science-fiction ce soir ?

-Okay ! Je vais juste me préparer, je voudrais te montrer quelque chose.

Je profitais quil soit dans sa chambre pour préparer le même piège que la fois passée. Je montais le thermostat, et installait un dvd dans le lecteur. Puis je me mis à laise, enlevant tous mes vêtements, ne restent quen boxer. Un boxer blanc, immaculé. Puis je zappais sur la TV en lattendant.

-Jessaye de parfaire mes techniques pour le maquillage !

Il avait remis la perruque blonde, le corset noir et bordeaux que je lui vais offert. Il portait un string noir, semi-transparent et les jarretelles assorties au corset avec des bas nylons noirs. Son maquillage nétait pas aussi réussis que celui que Kathy lui avait fait lautre jour, mais il le faisait de mieux en mieux, et était assez mignon.

Je souris, et ce sourire valait approbation. La dominance sinstallait doucement, et il lacceptait. Il rougit en me voyant en boxer.

— Désolé, je me suis mis à laise, il fait trop chaud ici.

— Tu as raison, il fait chaud, il faudra que je fasse revoir le thermostat.

Il sinstalla dans le fauteuil, à côté de moi et nous regardâmes le film. Ses petits seins remplissaient à peine le bonnet du corset, mais cela lui allait très bien. Sans compter le string, et les bas noirs, qui faisait contraste avec la pâleur de ses cuisses, peau claire et lisse. Il était tellement mignon que je commençais lentement à bander dans mon caleçon. Je sentais quil le voyait, mon sexe se devinait de plus en plus dans le tissu du caleçon, et il le regardait souvent. A la fois gêné et excité. Son sexe bandait aussi. Il était moins grand quavant, sans doute à cause des hormones que je continuais à mettre dans son lait. Le film de science-fiction était chiant, cétait un navet. Je pris donc la télécommande et zappais. Je ne lui avais rien demandé, testant son obédience. Il ne dit rien, la moitié de sa concentration détournée par mon entre-jambe. Je zappais sur deux trois postes avant darriver sur le dvd porno. Javais choisi spécialement le film : une jolie trans, un peu dans le style dAlex, qui suçait u gars baraqué, un peu dans mon style. Je lentendis déglutir. Il passait sa langue sur ses lèvres. Je bandais tellement que mon gland se dessinait nettement dans le tissu blanc du caleçon ses yeux passaient sans arrêt du film à mon sexe dessiné dans le caleçon

Doucement, je sortis mon membre de mon caleçon. Il était bandé à fonds, raide, le gland sorti, gros, rouge et luisant. Dune main, je le maintenais bien droit, puis je me tournais vers Alex, lui souriant. Il ne pouvait détacher ses yeux de mon pénis raide. Alors, doucement, ma main se posa sur sa nuque, que je caressais subtilement, avant de faire descendre avec douceur sa tête vers mon sexe. Comme je lavais prévu, il se laissa docilement faire, avec même plus de facilité que je ne laurait pensé au début !

* *

Jétais heureux de montrer à Mike comme je métais amélioré avec le maquillage, et que je portais avec plaisir ses cadeaux, qui mallaient si bien. Je massis près de lui dans le fauteuil. Cest vrai quil faisait chaud, mais cela ne me déplaisait pas. Je dois avouer que voir Mike en caleçon ne me dérangeait pas, au contraire. Comme dans les vidéos, cétait un alpha mâle, un vrai mâle. Il était tout en muscle et en virilité. Soudain, une bosse se dessina légèrement dans son caleçon bon sang, il bandait ! Quel beau sexe il devait avoir ! Mais à quoi pensais-je ? Allez Alex, il fallait se reconcentrer sur le film !

Mais le film de science-fiction était nul. Enfin, pas si nul que ça, mais je narrivais pas entrer dans lhistoire ! Je me sentais tellement excité à côté de Mike, et je ne comprenais pas pourquoi soudain il commença à zapper. Je nosais rien dire. Et tout dun coup, ce fut comme une révélation ! Cétait tellement facile de ne pas prendre de décisions ! Dobéir, de se laisser protéger par le beau et fort Mike. Il continua à zapper et tomba sur un porno ! Mon excitation ne fit que monter en flèche. En plus la jolie trans me ressemblait un peu, et le gars était baraqué comme Mike oh non, et son sexe qui se voyait de plus en plus sous son caleçon ! Et je ne pouvais mempêcher de le trouver beau ! Je ne pouvais mempêcher davoir envie de le goûter oh que faire, que oh, il la sorti de son caleçon ! quel pieux ! Cette chaire tiède Javais envie de je sa main se posa sur moi, chaude et douce il caressa mes cheveux, ma nuque puis entraîna doucement ma tête vers son sexe. Je sentis son odeur, son odeur mâle, virile, son odeur de pré-sperme et de désir Il approcha mon visage jusquà pouvoir frotter son sexe contre mes lèvres. Sans même que je men rende vraiment compte, ma main remplaça la sienne à la base de sa hampe, ma bouche souvrit et ma langue partit à la rencontre de son gland, le léchant timidement il était si doux, si tiède ma langue tournoya autour du gland, le surmonta, léchant le pré-sperme de la petite fente au sommet du gland cétait salé, transparent Puis ma langue descendit le long de sa hampe, dure et ferme, avant de remonter, au gland doux, puis de redescendre ma main descendit sur ses testicules, que je massais doucement, pour mieux lécher sa hampe

Je fus pris dans la tourmente de ma propre excitation sans réfléchir, comme je lavais vu tant de fois faire dans les vidéos, ma langue remonta vers son gland, le lécha, puis je lentourais de mes lèvres, massant de bas en haut mon gland de mes lèvres serrées en forme de « o » Il fit un léger mouvement et son gland entra dans ma bouche, se posa sur ma langue, tandis que mes lèvres continuèrent leur chemin le long de sa hampe Cétait ma première fellation, je ne pouvais le prendre que jusquà la moitié de la hampe, mais je le fis avec gourmandise, faisant racler son gland contre mon palais, le travaillant de la langue, allant et venant le long de sa hampe Son souffle saccélérait, il éprouvait du plaisir ! Je pouvais donner du plaisir à un autre ! Quel pied !

Tandis que ma bouche allait et venait le long de son membre, sa main caressait mes fesses, passant de lune à lautre, sinsinuant le long de mon sillon, jouant avec le tissu fin du string, caressant mon anus Son souffle saccéléra encore, et soudain, je le senti se cabrer dans ma bouche Jeus un naturel mouvement de recul, mais il maintint avec douceur ma tête, tandis que le premier jet de sperme éclata dans ma gorge, suivi dun second, puis dun troisième. Javalais sa semence chaude, tout en maculant mon string de mon propre sperme, éjaculant en même temps que lui. Avaler son sperme mavait tant excité ! Ma première fellation et javalais déjà, en éjaculant dans mon string étais-je une salope ? Le goût était plus léger que celui de John, meilleur que le mien. Je ladorais, et continuer à le lécher, le gardant dans ma bouche, jusquà ce quil cesse de se cabrer.

Ce goût était si divin ! Son beau sexe se retira de ma bouche, et débanda de moitié Je continuais à le lécher, le remis en bouche, tandis quil jouait avec mon sillon soudain, un doigt appuya fortement sur mon anus, le caressant, appuyant, caressant, appuyant, et sintroduisit doucement en moi quelle sensation étrange ! Le doigt se retira, puis revint. Il appliqua quelque chose dhumide et de froid sur ma rondelle. Je savais ce que cela signifiait, mais je ne voulais plus penser. Laisser cela à Mike. Jétais tellement bien, je ferais tout ce quil me demanderait. Il mit encore du lubrifiant sur ma rondelle, puis réintroduisit le doigt lubrifié en moi puis un second, lubrifié lui aussi Il fit quelques allers et retours, jouant avec mon anus, caressant mon intérieur, ma prostate je rebandais à nouveau, et lui aussi. Il me retourna alors sans ménagement, à quatre pattes sur le divan. Je le sentis écarter le fin tissu de mon string, et il joua encore avec mon anus puis il mit du lubrifiant sur son propre sexe et je sentis son gland venir caresser ma rondelle jétais à la fois terrifié et excité comme jamais ! Son gland pressa ma rondelle, qui sentrouvrit, ce qui suffit à laisser glisser lintrus grâce au lubrifiant Il senfonça en moi, et je connus une sensation jamais connue auparavant : comme une sorte de déchirement, et de brûlure en même temps javais perdu ma virginité ! Il senfonça doucement, recula et avança pour que mon rectum se fasse à son sexe. Heureusement, il ne bandait plus aussi fort que tout à lheure ! Puis, quand son membre commença à coulisser en moi, je sentis le feu qui déchirait les tripes et petit à petit le feu satténua, mon cul semblait plus humide (à cause du lubrifiant ? Ou bien je mouillais comme une fille ???) et il coulissa de mieux en mieux, massant ma prostate à chaque passage. Cétait divin ! Le plaisir explosa dans ma tête, faisant oublier la légère douleur qui persistait Je commençais à gémir comme une fille tellement cétait bon, et il intensifia son rythme, me caressant en même temps mon propre sexe par-dessus le string, le maculant du sperme de ma première éjaculation je ne tardais pas à jouir une seconde fois dans mon string, tout en gémissant de plus en plus fort. Sen rendant compte, il sarrêta et sortit de moi quelle sensation de vide soudain ! Il fit descendre mon string jusquà mes genoux, puis une jambe levée puis lautre me lenleva et il se réenfonça en moi je couinais de plaisir de le retrouver ! Il en profita pour me mettre mon string dans la bouche, le côté macule de sperme vers ma langue Il continua à me posséder, à aller et venir en moi ma salive se mélangea avec le sperme de mon string et coulait dans ma gorge, emplie de mon goût ! Je devenais fou de plaisir ! Soudain il accéléra, je le sentis se cabrer en moi et un liquide chaud me remplit lintérieur, me remplit le rectum il éjaculait en moi ! Quel plaisir ! Jeus un orgasme mais sans jouissance, tellement plus fort

Pantelant, je retombais sur le divan. Je lentendis aller à la salle de bain, se rincer, puis il revint, me pris dans ses bras et alla me déposa dans mon lit. Mon cul était un peu douloureux, mais surtout remplis de sa semence, ma tête remplie des feux dartifice orgasmiques. Je dormis merveilleusement bien cette nuit-là

* *

Quelle soirée, mes aïeux ! Je navais pas prévu que les choses aillent si loin, mais la bisexualité ne me pose aucun problème. Et franchement, jai connu des filles qui suçaient moins bien quAlex. Bon, on sentait bien que cétait une première fois, mais il avait un potentiel incroyable. Et un cul divin, il faut bien lavouer ! Bref, javais pris un pied terrible ce soir-là, et je méveillais le lendemain de très bonne humeur.

Lui semblait aussi de bonne humeur, et levé avant moi, ce qui était assez rare pour être souligné. Je le trouvais pensif devant son café. Quelque chose avait changé en lui. Il était plus « lumineux », quelque chose était plus joyeux, apaisé en lui.

— Bien dormi, vieux ?

— Mike ! Bonjour ! Je oui, vraiment très bien. Jai vraiment eu une révélation hier, jamais je nai connu un tel plaisir ! Merci !

Je ne répondis pas. Je devais rester le dominant, cest au dominé à exprimer sa joie davoir servi.

— Pour la fête de vendredi, je peux dire aux autres que tu viens alors ?

— Oh oui, sans problème !

Nous partîmes ensuite chacun pour nos cours. Le soir, il resta dans sa chambre pour apprendre à perfectionner son maquillage, puis pour regarder les vidéos dhypno que je lui envoyais toujours aussi régulièrement. Javais même payé pour lui en faire faire sur mesure, juste pour lui. Les jours suivants nous continuions notre routine, mais il fallait que jentretienne ma dominance. Un soir donc, je rentrais de lentraînement, assez énervé, je navais pas été bon, et je naimais pas ça. Je rentrais en claquant la porte. Alex le vis directement. Il sorti de sa chambre, assez joliment maquillé.

— Lentraînement ne sest pas bien passé ?

— Pas du tout ! Trop e stress accumulé je crois. Faut que je me relâche. Alex, va mettre lensemble string et soutien en dentelle rouge, avec les bas noirs, et ta perruque. Et reviens ici. Tu as 5 minutes !

Sans rien dire, il courut dans sa chambre, et 5 minutes après, top chrono, il revint vers moi, habillé de lensemble rouge, des bas noirs, et la perruque sur la tête.

— A genoux !

Il obéit, toujours sans rien dire. Il était assez mignon avec son maquillage, les cheveux blonds, la corde rouge du string qui sinsinuait entre ses fesses, et la bosse sur lavant. Cela me fit légèrement bander, il pouvait deviner dans mon jeans où se trouvait mon sexe. Je mapprochais, près de son visage, et ne dus même rien dire, il agit de lui-même : sa main caressa la bosse, sur mon jeans, puis ouvrit lentement ma braguette, puis le bouton du jeans. Mon boxer bleu apparut, il frotta son visage tout contre, léchant mon sexe par-dessus mon caleçon Puis il baissa légèrement mon boxer, dévoilant mon sexe maintenant bien bandé il lécha mes testicules, puis remonta le long de ma hampe, jusquà mon gland, quil lécha en tournoyant avant de lenfourner dans sa bouche. Il devenait vraiment très très bon ! Dire que ce nétait que sa seconde fois ! Je menfonçais dans sa bouche, sa langue travaillait le long de ma hampe, tandis que la moiteur humide et chaude environnait mon membre Je pris doucement sa tête, la guidant le long de mon sexe bandé, imprimant le rythme que je voulais. Il se laissa faire je lui baisais la bouche en doucheur, jusquau moment où ny pouvant plus, jéjaculais dans sa bouche, déversant mon foutre chaud sur sa langue, dans sa gorge il avala le tout, sans se retirer puis de lui-même il continua à lécher mon gland et ma hampe pour bien les nettoyer.

Je posais la main sur sa joue, que je caressais doucement.

— Cest bien, tu es une bonne petite pute. Et les bonnes petites putes sont toujours récompensées !

Je lui montrais un paquet, sur la table, puis le laissais là, à genoux, et allais dans ma chambre. Il se pourlécha encore les lèvres, avant de prendre le paquet et de retourner dans la sienne. Il navait eu aucun mouvement de recul, ni de rébellion. Il était de plus en plus soumis !

* *

Javais bien remarqué que Mike donnait de plus en plus des ordres, quil avait un ton plus impératif, mais cela ne me déplaisait pas du tout. Comme dans les vidéo que je regardais, je ressentais la joie simple de ce mantra : « moins de réflexion, plus daction » « laisse-le penser pour toi » cétait tellement plus simple ! Il disait ce que je devais faire, et je faisais, sans poser de question en plus javais été récompensé, car en rentrant nerveux après son entraînement, cest à moi quil a demandé pour laider à chasser son stress. Et son sexe était tellement bon ! Javais joui dans mon string rouge lorsquil avait joui dans ma bouche. Javais limpression de devenir accro au sperme, plus jen goûtais, plus jen avais envie !

Cela mavait fait bizarre quil mappelle pute, mais comme les vidéos le disais, il ny avait pas de mal à ça. Si jaimais le sperme et le plaisir, si cétait bon et quon men donnait, pourquoi ne pas mappeler aussi « pute » ? Jen étais fier ! En plus il mavait offert un paquet Je louvris et trouvais à lintérieur une paire descarpin noir, avec des talons qui devaient bien faire 5 à 6 cm !

Le surlendemain, il rentra avec un autre paquet. Il me demanda daller me maquiller, et de mettre la perruque et un ensemble string, soutien, et bas blanc. Et les chaussures. Jy allais, tout de suite, le cur battant, sachant que cela signifiait quil allait encore me donner du plaisir. Il me fit défiler avec les chaussures, comme un mannequin ! Il faut dire que je me trouvais belle, désirable. Les sous-vêtements féminins sexys me rendaient encore plus jolie, et les chaussures accentuaient une démarche chaloupée. Même si ce nétait pas facile de shabituer à marcher avec des talons !

— Il faut que tu thabitues me fit Mike, parce que jaimerais que tu les mette pour la fête daprès-demain avec ceci !

Il tapotait sur le paquet je me demandais ce que cétait lorsquon toqua à la porte. Je nosais plus bouger, qui pouvait venir à cette heure ? Mike alla ouvrir. Cétait Kathy ! Avec une petite robe légère et des tennis, elle était très jolie. Et Mike lembrassa à pleine bouche lorsquelle entra. Comment osait-il, juste en face de moi ? Jétais pétrifiée ! Et bon sang, je me sentais jalouse. Jalouse de Kathy. Je ne savais pas quils sétaient remis ensemble. Et moi, Mike ne ma jamais embrassé sur la bouche ! Kathy me vit.

— Wouaw ! Joli, franchement, très réussi le maquillage ! Au fait Mike, jai apporté ce que tu as demandé.

Il hocha de la tête, tandis quelle lui remit un petit objet un plug anal ! Argenté, tout brillant, de petite taille, avec une pierre rose, style diamant, sur le poussoir arrondi. Mike sourit, et me demanda de me coucher, le bas-ventre sur laccoudoir du divan jobéis, sans réfléchir. Mes fesses étaient un peu surélevées et offertes ainsi. Il vint vers moi, caressa mes fesses, puis proposa le plug à ma bouche je le léchais, puis il le fit rentrer dans ma bouche, pas difficile, il nétait pas fort grand, ça devait être un « small ». Du coin de lil, je vis Kathy sallonger sur le divan, remonter sa robe, et elle navait pas de petite culotte, et commencer à se caresser pendant que Mike jouait avec moi Il fit tournoyer le plug dans ma bouche, me le fit lécher encore, jusquà ce quil soit bien mouillé, puis écarta doucement le tissu du string, dévoilant mon illet il le caressa du doigt, le flatta, puis approcha le plug. Je sentis le métal mouillé de ma salive caresser ma rondelle, puis doucement y entrer il nétait pas gros, mais quand même, en moi cela faisait pas mal de sensation. Mike lenfonça jusquà ce que seul la petite rondelle avec limitation diamant dépasse de mon anus.

Puis, lui et Kathy me donnèrent des conseils, pour mieux marcher avec les chaussures à talon. Mais avec le plug en moi, quelles sensations ! Je bandais, et chaque pas me donnait des sensations de plaisir Puis Mike me fit mettre à genoux, près de lui et de Kathy, toujours dans le divan la robe relevée, le sexe épilé luisant de mouille. Il sortit son membre, bandé, et me le fit sucer. Enfin ! Je le suçais avec délectation, gourmandise, plaisir, espérant le moment où sa semence jaillirait dans ma bouche mais au lieu de ça, il se retira de ma bouche, et pénétra Kathy avec son sexe raide et luisant de ma salive. Il la pénétra en un coup, jusquà la garde ! Mais elle était bien mouillée et ouverte à nous voir faire, et elle jouit assez vite Il me fit signe de ne pas bouger, pendant quil la besognait, là à quelques centimètres de moi, que je voyais son membre dure et tellement appétissant senfoncer en elle, encore et encore, tandis quils ahanaient comme des bêtes, et quelle ne cachait pas ses cris et ses feulements de jouissance Puis il retira sa verge mouillée de la mouille de Kathy, et me la présenta Je la resuçais avec plaisir, avalant son pré sperme et la mouille abondante de Kathy, ses goûts marqués et tellement excellents, même si je préférais son goût à lui. Mais cela ne dura que quelques secondes. Il se retira et retourna vers Kathy, positionnant son gland contre son anus. Elle releva le bassin, écarta ses fesses, il la pénétra de son gland. Mettant sa main sur ma nuque, il approcha mon visage, et me fit lécher la hampe de sa verge, au fur et à mesure quil pénétrait Kathy, senfonçant dans son cul, puis me relâcha quand il commença à accélérer le rythme Elle feulait à nouveau, se caressant le sexe et le clitoris tandis quil la sodomisait. Puis il eut un cri de plaisir, rauque, que javais déjà aussi entendu, et je le vis se vider en elle, remplissant son anus de son sperme si délicieux ! Soudain, il mattira encore plus vers eux, son membre toujours enfoncé dans son cul à elle, et il sortit mon sexe du string blanc, caressant mes testicules tout en commençant à jouer avec le plug dans mes fesses Quelles sensations, après ce que je venais de voire, et ça, il ne fallut pas longtemps pour que je jouisse moi aussi, tandis quil dirigea mon sexe pour que mon jus dégouline sur le vagin humide de Kathy Puis il se retira de son cul. Mon sperme dégoulinait le long des grandes lèvres, jusquà son petit trou, où il se mélangeait au sperme de Mike, qui débordait de lanus palpitant de Kathy Sa main se reposa de nouveau sur ma nuque.

— Il faut tout nettoyer, maintenant

Je léchais dabord mon sperme, avec application, ma langue parcourant le sexe de Kathy, son clito, ses grandes lèvres, sa fente intime, son entrée mouillée, avant de descendre vers son petit trou, doù je lapais tous le sperme de Mike, avec gourmandise et contentement.

Après, ils continuèrent à mentraîner à marcher avec les chaussures, pendant que Mike me dévoilait le contenu de son paquet : une mini-jupe, un top échancré et sexy, des bas résilles, et un ensemble soutien AA push-up noir, avec les bonnets en tissu noirs transparent, et un string noir, avec lavant dans le même tissu noir transparent. Et des jarretelles noires. Cétait très sexy, osé même. Je compris quil voulait que je mette tout ça pour la fête. Ils me sourirent, et Mike dit

— Bon anniversaire Alex !

Mais mais oui ! Ils avaient pensé à mon anniversaire ! Javais moi-même oublié, faut dire que je le fêtais jamais, vu que jétais toujours tout seul. Avant. Avant Mike. Mike et Kathy y avaient pensé. Ils étaient mes amis. Ivre de joie et de plaisirs, je me jetais dans leur bras, Mike ouvrit quelques bières, et nous passâmes une agréable soirée à boire et manger des tacos, et je reçus encore plein de conseils coiffure, maquillage et achat malin pour les habits de Kathy. Tard le soir ils se retirèrent, Mike allant reconduire Kathy, tandis que jallais dans mon lit, des étoiles pleins la tête.

* *

La soirée avait ét%2

Related posts

Marie – Ange & Démon – Chapitre 3

historiesexe

L'envers du décor – Chapitre 3

historiesexe

Un besoin désespéré – Chapitre 3

historiesexe

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte .